"Les cybercriminels recourent au phishing pour diffuser des virus, s'approprier des données personnelles ou extorquer de l'argent", a rappelé Miguel De Bruycker, directeur du CCB, lors de la présentation de la campagne. "Le CCB effectuera un scan automatique des liens et pièces jointes à l'aide d'une technologie anti-virus. Les liens dangereux seront consignés dans une liste noire et bloqués par les principaux navigateurs web."

La notoriété de cette adresse mail progresse. L'année dernière, le CCB a reçu 648.000 messages. La barre du million sera dépassée cette année, assure le Centre. En moyenne, 30 sites internet litigieux sont bloqués par jour.

"Les messages de phishing arrivent généralement de façon inattendue et sans raison. Ils sont insistants ou tentent d'éveiller la curiosité. Ils proviennent d'un expéditeur inconnu", énumère le CCB. Ces messages ne sont plus exclusivement envoyés par mail. Les médias sociaux comme Facebook et WhatsApp sont également concernés.

Pendant tout le mois d'octobre, une campagne de sensibilisation est organisée via des affiches, des spots radios, des messages sur les réseaux sociaux et plus de 500 sites partenaires, dont 2ememain.be. Une vidéo mettant en scène l'humoriste Jérôme de Warzée sera diffusée à cette occasion. Des universités accueilleront également un camion de sensibilisation "Federal Truck". Et en novembre, des actions seront organisées dans les gares de cinq grandes villes belges (Bruxelles, Anvers, Liège, Charleroi et Gand).

Plus d'infos sur www.safeonweb.be