C'est un instant de grâce comme seul l'hiver peut en offrir. Le visage fouetté par les grains de sable, les joues rosies et la goutte au nez, on hésitait presque à faire demi-tour pour se mettre au chaud. Avant que les manteaux ne percent. Que le déluge ne tombe. Et puis, soudain: le soleil. Une chaude caresse, un éclat aussi intense que fugace, reflété par mille gouttelettes de bruine. L'espace d'un instant, le tableau tourmenté se transforme en panorama de lumière. Les ombres s'allongent, dessinant des lignes de fuite sous l'immensité grandiose des nuages. Le froid, le vent, tout est oublié. Ah! Que la Côte peut être belle en hiver!
...

C'est un instant de grâce comme seul l'hiver peut en offrir. Le visage fouetté par les grains de sable, les joues rosies et la goutte au nez, on hésitait presque à faire demi-tour pour se mettre au chaud. Avant que les manteaux ne percent. Que le déluge ne tombe. Et puis, soudain: le soleil. Une chaude caresse, un éclat aussi intense que fugace, reflété par mille gouttelettes de bruine. L'espace d'un instant, le tableau tourmenté se transforme en panorama de lumière. Les ombres s'allongent, dessinant des lignes de fuite sous l'immensité grandiose des nuages. Le froid, le vent, tout est oublié. Ah! Que la Côte peut être belle en hiver! Mais pour profiter au mieux de la Mer du Nord à cette époque de l'année, encore faut-il veiller à un juste équilibre entre activités extérieures et intérieures. Coxyde, Saint-Idesbald et Oostduinkerke se prêtent merveilleusement à une escapade hivernale! Tentés par un petit week-end de saison? Suivez notre recette! Bien sûr, la balade en bord de mer reste incontournable, mais il ne faudrait pas négliger pour autant l'arrière-pays. Les environs de Coxyde sont cernés de 700 ha de réserves naturelles, de dunes et de bois: les Oost- voorduinen, le Hannecartbos, le domaine de Doorpanne, le quartier des villas du Witte Burg...Coxyde propose de nombreux circuits pédestres, s'échelonnant de 5 à plus de 13 kilomètres. Nous avons pour notre part opté pour la promenade pittoresque de Saint-Idesbald ("Erfgoedwandelroute"). Un parcours hybride, tantôt au milieu des villas, tantôt longeant la réserve de Noordduinen, permettant de découvrir l'histoire des lieux, des ruines de l'abbaye médiévale Ter Duinen aux petites masures de pêcheurs, en passant par les refuges d'artistes tels que Paul Delvaux. Même pas besoin de s'encombrer d'une carte: l'itinéraire est parfaitement balisé grâce à des macarons métalliques disséminés sur tout le parcours. Impossible de se perdre! Et si les températures s'avèrent vraiment trop glaciales, rien ne vous empêche de faire une halte au musée Delvaux ou à celui de l'abbaye. Promis, tous deux en valent la peine! Une promenade ne serait pas complète si elle ne se terminait pas par un bon gueuleton ou une petite bière réconfortante. Avis aux amateurs de houblon: la toute nouvelle brasserie de Saint-Idesbald, ouverte en octobre dernier, vous charmera à coup sûr. Pour son cadre, déjà: le centre Ten Bogaerde, une ancienne dépendance de l'abbaye des Dunes transformée en centre d'art contemporain, au milieu de laquelle sont disséminées des statues de Georges Grard. Pour sa bière, ensuite: difficile de boire un brassin plus frais! Les brasseurs sont à l'oeuvre juste à côté des tables, envoyant le liquide doré directement dans les fûts du bar, grâce à un ingénieux système de tuyauterie. Le tout en réussissant à maintenir une ambiance cosy, de celles qui font qu'on se sent directement chez soi. On adore. La bière ne rassasiant qu'à moitié (ou alors il faut en boire beaucoup), direction Oostduinkerke et le restaurant de Hoeve. Établi dans une petite masure typique, perdue au milieu de la nature et à l'authenticité préservée, ce restaurant chaleureux propose une parfaite fusion entre cuisine locale et française. Et puisqu'on est à la mer, que vous soyez plutôt croquettes aux crevettes ou amateur de steak de rouge flamande, vous pouvez être rassuré: tous les classiques sont à la carte! Avec une petite touche gastronomique "à la française", cela va sans dire. On aimerait pouvoir se la jouer poète en toutes circonstances, mais il y a tout de même des moments où la météo ne fait vraiment, mais vraiment aucun effort. Impossible de rester dehors. C'est le cas durant votre séjour? Pas de panique: il y a de quoi s'occuper intelligemment... sans avoir l'impression de simplement se mettre à l'abri! Outre les musées mentionnés plus haut, citons le Musée national de la pêche (Navigo) ou, bien plus original, le Museos. Un établissement privé, à mi-chemin entre un cabinet de curiosité et un musée des sciences naturelles, né de la passion d'un couple de biologistes. Sur trois étages, dans un cadre épuré, des centaines de squelettes sont exposés, de la souris à l'éléphant, en passant par le cachalot et la taupe. Loin du musée formel, les propriétaires qui habitent sur place prennent le temps de vous expliquer leur collection, de proposer des jeux aux enfants, avant de vous offrir le café en toute décontraction. Vous vouliez de la chaleur? En voilà!