Lorsqu'une pelouse vieillit, il se forme sur le sol une couche de mousse et de débris végétaux appelée "feutre". Plus le sol est compact, acide et piétiné, plus ce feutre risque d'être dense. Or, ce dernier est nocif pour la pelouse: il empêche l'infiltration de l'eau et la bonne circulation de l'air entre les brins d'herbe. Au...

Lorsqu'une pelouse vieillit, il se forme sur le sol une couche de mousse et de débris végétaux appelée "feutre". Plus le sol est compact, acide et piétiné, plus ce feutre risque d'être dense. Or, ce dernier est nocif pour la pelouse: il empêche l'infiltration de l'eau et la bonne circulation de l'air entre les brins d'herbe. Au final, les racines se développent mal et l'humidité stagne en surface, ce qui favorise les maladies et la prolifération d'insectes nuisibles. La scarification consiste à pratiquer des incisions dans le sol avec de petites lames - au moyen d'un scarificateur mécanique pour les petites surfaces, d'un scarificateur thermique ou électrique pour les grands jardins - qui arrachent le feutre et les mousses. Le gazon peut ensuite coloniser les sillons avec de nouvelles pousses, qui rajeunissent et renforcent la pelouse. L'idéal est de procéder à deux scarifications par an: la première après les dernières gelées aux alentours du mois d'avril, la seconde avant l'arrivée de l'hiver. Avant de scarifier, tondez la pelouse assez court et ramassez bien les déchets de tonte. Scarifiez de préférence par temps légèrement humide. Réglez la profondeur de scarification entre 2 et 4 mm, effectuez des passages croisés sur votre pelouse. Ramassez bien les résidus et évitez de piétiner le gazon pendant quelques jours. Attention: une nouvelle pelouse ne doit pas être scarifiée avant deux ou trois ans. Quant à la tonte "mulching", elle favorise l'apparition du feutre si elle n'est pas effectuée au moins deux fois par semaine.