Même si rien ne remplace une présence réelle (j'aurais donné cher pour tenir mes petits-enfants dans mes...

Même si rien ne remplace une présence réelle (j'aurais donné cher pour tenir mes petits-enfants dans mes bras pendant le confinement), le confinement a été paradoxalement une période où j'ai eu des contacts plus régulier avec mes petits-enfants. Institutrice à la retraite, j'ai profité de la période pour leur préparer des exercices quotidiens, dont nous discutions tous les jours via Whatsapp. Je crois même avoir aidé la plus petite à résorber son retard en math ! Ces contacts quotidiens m'ont permis de tenir le coup.