J'ai de la famille en Amérique (PM n°369), mais qui est partie beaucoup plus récemment. Depuis les années 80, de nombreux Belges francophones partent refaire leur vie au Canada, comme ...

J'ai de la famille en Amérique (PM n°369), mais qui est partie beaucoup plus récemment. Depuis les années 80, de nombreux Belges francophones partent refaire leur vie au Canada, comme ma soeur et son mari en 1992. C'est un peu une façon de vivre le rêve américain avec le confort de pouvoir continuer à dialoguer en français. Certains profils professionnels y sont très demandés. Ainsi, mon beau-frère est ébéniste et a eu l'autorisation d'émigrer. Il s'est si bien intégré qu'il parle avec un accent québécois tandis que ma soeur, qui est restée femme au foyer et a donc moins côtoyé d'autochtones, garde certaines tournures de phrases très liégeoises ! Leurs enfants ont la double nationalité et n'ont de belge que le nom : pour le reste, ils sont Canadiens pur jus, adorent le hockey sur glace et les cabanes à sucre. Même s'ils gardent une certaine fierté de leurs origines et un amour pour les boulets sauce lapin.