AU NATUREL

Celui qui a dit "Chassez le naturel, il revient au galop" ne pouvait pas mieux dire, tant cette année s'inscrit dans la parfaite continuité de la précédente. Alors, ne cherchez pas trop: du rotin, de l'osier et du jonc de mer en veux-tu en voilà, c'est ce que vous allez trouver dans toutes les enseignes. Décliné en mobilier, accessoires, luminaires, le trio infernal est présent dans toutes les pièces de la maison jusqu'au jardin. Mais qu'est-ce qui fait donc le succès de ces matières jugées ringardes (si si! ) il y a encore quelques années? Figurez-vous qu'elles rassurent. Elles concrétisent ce besoin d'un retour aux matières premières, à la nature, à la simplicité, aux valeurs sûres, aux souvenirs d'une époque où tout allait moins vite, où il en fallait peu pour être heureux. Dans la même veine, les fauteuils, en cannage bien sûr, s'abaissent pour nous offrir une assise à la fois confortable et décomplexée, plus proche du sol et de nos racines.
...

Celui qui a dit "Chassez le naturel, il revient au galop" ne pouvait pas mieux dire, tant cette année s'inscrit dans la parfaite continuité de la précédente. Alors, ne cherchez pas trop: du rotin, de l'osier et du jonc de mer en veux-tu en voilà, c'est ce que vous allez trouver dans toutes les enseignes. Décliné en mobilier, accessoires, luminaires, le trio infernal est présent dans toutes les pièces de la maison jusqu'au jardin. Mais qu'est-ce qui fait donc le succès de ces matières jugées ringardes (si si! ) il y a encore quelques années? Figurez-vous qu'elles rassurent. Elles concrétisent ce besoin d'un retour aux matières premières, à la nature, à la simplicité, aux valeurs sûres, aux souvenirs d'une époque où tout allait moins vite, où il en fallait peu pour être heureux. Dans la même veine, les fauteuils, en cannage bien sûr, s'abaissent pour nous offrir une assise à la fois confortable et décomplexée, plus proche du sol et de nos racines.Alors, dans cette parfaite logique, la locomotive entraîne avec elle tous les wagons qui ont fait les belles heures d'antan. Porcelaine, argile et céramique s'empilent sur les étagères et garnissent les tables de fête. Plus la vaisselle est mate, grumeleuse et brute, mieux c'est: les contours imparfaits lui donnent du vécu et son aspect fait-main. Pour compléter le tableau, impossible de faire l'impasse sur les fleurs séchées, les sets de table et les cache-pots en liège, les tissages muraux, les plaids en laine bouillie, les coussins au crochet et les vases suspendus en macramé. Bref, tout le vocabulaire des années 60-70: le passé n'a jamais été aussi présent. La volonté de le faire revivre non plus. On n'hésite plus à franchir un magasin de seconde main pour trouver l'objet vintage qui fait remonter en nous les images du passé; on regarde à deux fois si on ne peut pas donner une nouvelle vie à un objet. On ponce, on peint, on customise, on recycle, on upcycle... et on donne de sa personne. Oui, le "Je l'ai chiné en brocante" et le "C'est moi qui l'ai fait", c'est plutôt bien vu en 2020 !Alors, sur le sujet, pas l'ombre d'un doute: les couleurs pastel ont la cote. On aime le vert d'eau, le rose tendre, le jaune pâle, le bleu ciel et le blanc... pas trop blanc (vive les reflets gris, perle, rose ou beige! )Ces couleurs symbolisent la douceur, elles rappellent l'infini du ciel, la fraîcheur de l'eau, le toucher de l'herbe. Un retour aux sources que résume parfaitement depuis quelques années déjà, le style scandinave. En 2020, il s'offre toutefois une seconde jeunesse et passe en mode "scandicraft".Scandi... quoi? Rien de bien novateur sur le fond : il est juste un peu moins épuré. Car il faut y ajouter la touche "arts & crafts", la petite note d'artisanat et de fantaisie, de pièces dénichées en brocante ou rapportées de voyages. Un peu moins nordique, un peu plus authentique, bref, un peu plus vous!Avez-vous remarqué? Tout est rond: les poufs, les miroirs, les étagères murales, les canapés, les vases, les coussins, les tables d'appoint. "Un peu de douceur dans ce monde de brutes!" semblent nous souffler ces incontournables aux formes organiques. Les dossiers sont ronds, les assises incurvées, comme pour mieux nous saisir et nous envelopper. De vraies pièces à mémoire de forme qui nous rappellent sans doute la douceur du ventre qui nous a si bien portés, il y a plus ou moins longtemps... Le velours, tout doux et enveloppant, décliné dans toutes les teintes, rabat la dernière carte. Et nous voilà revenus à la case départ: les matières et les formes nous rassurent.Impossible aujourd'hui de parler maison sans évoquer le jardin, il en est le prolongement et même plus, le portrait craché. Classique, il est peuplé d'hortensias et de buis dispersés dans de gros pots en terre cuite. Contemporain, il est graphique et épuré, souligné par des graminées plantées dans des allées de gravier. À la française, il est aligné au carré et taillé au cordeau. À l'anglaise, il est complètement sauvage mais ordonné à tous les étages.Les jardins sont le reflet de notre maison et de notre mode de vie. Le mobilier est choisi avec soin pour coller au plus près de cette réalité. Mieux, il dépasse les limites et rentre carrément à l'intérieur. Le jardin s'impose aujourd'hui comme une vraie pièce à vivre.Dans cet océan de couleurs douces, deux autres au tempérament nettement plus prononcé ont la part belle: le bleu et le vert. Le "classic blue" élu couleur de l'année par Pantone (lire aussi p. 122) se dispute la vedette avec le vert émeraude pour composer des ambiances dynamiques à coups de grands feuillages chers au style urban jungle. L'exotisme n'a pas encore dit son dernier mot, et s'accompagne avec brio d'accessoires dorés et cuivrés pour un coup d'éclat affirmé. Le noir aussi, trouve un champ d'action idéal dans ce monde verdoyant, qu'il renforce par son côté industriel.