Durant la présidence de Bill Clinton, j'ai participé au Scandal Tour à Washington, une visite guidée satirique de la ville en bus. Cela m'a donné envie d'organiser une activité semblable en Belgique ", explique Jean-Michel Briou, 63 ans. Après avoir écrit et joué des spectacles d'humour pendant des années, il a lancé, en janvier 2018, le Turpitour, un circuit en bus axé sur les " couacs " de la ca...

Durant la présidence de Bill Clinton, j'ai participé au Scandal Tour à Washington, une visite guidée satirique de la ville en bus. Cela m'a donné envie d'organiser une activité semblable en Belgique ", explique Jean-Michel Briou, 63 ans. Après avoir écrit et joué des spectacles d'humour pendant des années, il a lancé, en janvier 2018, le Turpitour, un circuit en bus axé sur les " couacs " de la capitale." Tous les dimanches, des curieux embarquent dans mon bus, à Saint-Gilles, pour une balade guidée de 2 h à travers Bruxelles. Le couloir central constitue ma scène et la ville, le décor de ce spectacle touristique ! Je raconte des histoires vraies, anciennes ou actuelles, j'interprète des chansons en en détournant les paroles, je distribue des friandises belges comme, par exemple, des cuber-dons car leur forme rappelle les cônes de chantier, une autre spécialité belge...Le circuit des absurdités de Bruxelles se divise en plusieurs catégories dont les olibrius tel que Léopold II et ses frasques conjugales ; les micmacs avec, entre autres, le palais de justice en chantier depuis 1980 ; ou encore les entourloupes comme l'histoire de la Cité administrative de l'Etat, projet ambitieux qui s'est fracassé à la suite des réformes fédérales. Tout est tourné en dérision et les gens se marrent ! D'habitude, on râle sur les bouchons, sur la politique, etc., l'idée ici n'est pas de dénoncer mais de rire ensemble. Je me suis longuement documenté, en lisant la presse, afin de rassembler des histoires pertinentes avec des conclusions rigolotes pour élaborer le Turpitour. Actualité oblige, le parcours est régulièrement mis à jour. Il y a aussi une version, plus courte, à pied. J'aime ma ville et c'est pour cela qu'elle m'irrite tant dans ses (dys)fonctionnements. Et j'apprécie beaucoup l'interaction avec les passagers du bus car la distance par rapport à un spectacle scénique disparaît. Ils sont toujours très enthousiastes. On se croirait en voyage scolaire ! "