Avec une "smartwatch ", on porte au poignet un véritable petit ordinateur. Ou plutôt son satellite. Souvent, en effet, l'objet fonctionne en tandem avec une application à installer sur le smartphone. Et c'est via l'écran de ce dernier qu'on profite de ses nombreuses données. Si elles touchent un peu à tous les domaines, il en est un qui gagne sans cesse en importance: la santé. Grâce à ses capteurs, la smartwatch peut déjà en évaluer plusieurs aspects. Et ce n'est qu'un début. À terme, notre bracelet connecté pourrait devenir un véritable infirmier attitré, qui nous accompagnerait partout, surveillerait l'évolution de notre condition et, le cas échéant, préviendrait notre médecin. La perspective rassurera certains et en inquiétera d'autres. Elle pose en tout cas la question de la sécurisation des données, de la protection de la vie privée et du secret médical. Sur le plan économique, l'accès à notre...

Avec une "smartwatch ", on porte au poignet un véritable petit ordinateur. Ou plutôt son satellite. Souvent, en effet, l'objet fonctionne en tandem avec une application à installer sur le smartphone. Et c'est via l'écran de ce dernier qu'on profite de ses nombreuses données. Si elles touchent un peu à tous les domaines, il en est un qui gagne sans cesse en importance: la santé. Grâce à ses capteurs, la smartwatch peut déjà en évaluer plusieurs aspects. Et ce n'est qu'un début. À terme, notre bracelet connecté pourrait devenir un véritable infirmier attitré, qui nous accompagnerait partout, surveillerait l'évolution de notre condition et, le cas échéant, préviendrait notre médecin. La perspective rassurera certains et en inquiétera d'autres. Elle pose en tout cas la question de la sécurisation des données, de la protection de la vie privée et du secret médical. Sur le plan économique, l'accès à notre bilan de santé est vu par certains comme le nouvel eldorado. Dans un futur qu'on n'ose imaginer, une compagnie d'assurance pourrait apprendre que vous souffrez d'un problème cardiaque avant même que vous ne le sachiez et décider d'augmenter la prime de votre assurance-vie ou vous éjecter de la liste de ses clients. Parallèlement, votre boîte mail serait submergée de publicités pour des médicaments pour le coeur et votre banquier vous encouragerait à préparer votre succession. Science-fiction? On aimerait s'en persuader. Les conditions soulevées par l'UE avant d'approuver le rachat de Fitbit par Google, fin 2020, ont montré à quel point le sujet est sensible. Fitbit est en effet un des acteurs les plus avancés dans le suivi de la santé. Son modèle Sense (330?) informe l'utilisateur de son rythme cardiaque et de ses variations, de sa fréquence respiratoire, du niveau d'oxygène dans son sang (SpO2), de sa température cutanée, de son niveau de stress, de ses phases et de la qualité de son sommeil... Le tout tient dans une montre plutôt simple d'utilisation, qui bénéficie d'une autonomie de 4 à 6 jours. La Fitbit Sense est l'une des très bonnes solutions pour suivre l'évolution de sa santé. Face à elle, on trouve la montre la plus populaire au monde et celle qu'on associe le plus volontiers au terme smartwatch: l'Apple Watch. Dès le début, le fabricant californien a mis l'accent sur l'aspect santé de l'appareil. Et il le développe de génération en génération. On en est actuellement à la sixième (Series 6: à partir de 429?).Parmi ses autres fonctions, l'Apple Watch indique le rythme cardiaque, informe d'éventuelles irrégularités, analyse le sommeil, mesure le taux d'oxygène dans le sang, génère un électrocardiogramme, peut détecter une chute et mettre en relation avec un service de secours... L'instrument est très complet, convivial et performant. Mais son usage requiert un iPhone (6s ou supérieur). Si votre smartphone tourne sous Android, vous ne saurez rien faire de la montre d'Apple.Deuxième handicap: une autonomie censée pouvoir atteindre 18 h. Difficile, dans ces conditions d'en utiliser toutes les possibilités le jour et la nuit... Active depuis des années dans les produits connectés - et notamment les montres -, Withings signe avec la ScanWatch un concept original. Derrière un look traditionnel, cette montre à aiguilles dispose d'un tout petit écran intégré... qui servira pour tel ou tel réglage et n'affichera des informations qu'à la demande. Avantage de la formule: une autonomie qui dépasse allègrement les 8 jours et peut même atteindre deux voire trois semaines. Avec un suivi du sommeil et du rythme cardiaque, un électrocardiogramme, la mesure de la saturation en oxygène dans le sang (spO2), la détection de fibrillation auriculaire, etc., la ScanWatch (300?) est l'une des montres les plus complètes en termes de suivi de santé. On pourrait aussi parler de la Huawei Watch GT 2 Pro, de la Samsung Galaxy Watch 3 et de celles qui seront arrivées sur le marché quand vous lirez ceci. Dans tous les cas, il faut être attentif à deux points. D'abord, porter une montre axée sur le suivi de la santé... ne vous rend pas en meilleure santé. Ensuite, les informations qu'elle vous communique ne constituent pas un diagnostic médical. Elles peuvent attirer votre attention sur un risque potentiel ou poser question. N'en tirez pas de conclusion vous-même et ne vous livrez pas à l'automédication. Aussi séduisante ou chère qu'elle soit, une smartwatch ne remplace pas encore les années d'études et de pratique de votre médecin.