On constate de plus en plus de cas comme décrits dans l'article des époux Dillen-de Baerdemaeker concernant les droits des grands-...

On constate de plus en plus de cas comme décrits dans l'article des époux Dillen-de Baerdemaeker concernant les droits des grands-parents (PM n°363). Lorsque l'on peut prouver qu'il y a déni parental, je pense qu'il serait normal de pouvoir déshériter entièrement une descendance qui refuse tout contact avec les parents et/ou grands-parents. Une décision de justice devrait accorder la suppression totale de la part réservataire obligatoire accordée par la loi à des héritiers intéressés et sans scrupules. Et ce pour toutes les souffrances endurées par l'absence des enfants et des petits-enfants, empoisonnant ainsi les jours qui restent à vivre.