La déficience visuelle impacte bien évidemment la vie de tous les jours. Si on veut prévenir plutôt que guérir, il est préférable de réagir le plus tôt possible ", recommande Marie-Jeanne Nachtergaele, chef du service d'aide et d'orientation à la Ligue Braille, qui propose de l'aide à domicile.
...

La déficience visuelle impacte bien évidemment la vie de tous les jours. Si on veut prévenir plutôt que guérir, il est préférable de réagir le plus tôt possible ", recommande Marie-Jeanne Nachtergaele, chef du service d'aide et d'orientation à la Ligue Braille, qui propose de l'aide à domicile. La vue est notre sens le plus développé. " Il suffit que la vue diminue pour que l'ouïe, le goût ou l'odorat se renforcent automatiquement. Chez certains, cela sera plus évident que chez d'autres. Il n'en reste pas moins vrai qu'on peut s'entraîner en se concentrant sur tout ce que l'on entend, sent, touche ou goûte. " Il existe de nombreux objets et ustensiles ingénieux, comme les balances et les bols gradués vocaux, les cuillers à mesure, les sous-plats antidérapants et les anti monte-lait qui émettent un bruit lorsque le point d'ébullition est atteint. Pratiques aussi, les détecteurs de niveau qu'on place dans un verre et qui bipent dès que le niveau de liquide approche du bord. " Les couleurs contrastées, par exemple sur une planche à découper ou un plan de travail, font toute la différence. La plupart des malvoyants repèrent plus facilement les verres très colorés que les verres translucides. " Des aides sont également disponibles pour les autres pièces de la maison et pour toutes sortes d'activités. Pensez au réveil parlant à placer sur votre table de chevet ou au détecteur de couleurs capable de vous dire de quelle couleur est tel ou tel objet. Pratique au moment de s'habiller ! " Vous pouvez aussi vous faciliter la tâche en faisant coudre des boutons de formes différentes selon la couleur de vos chemises : boutons ronds pour le blanc, carrés pour la couleur. " Quand la vue régresse, le mieux est de repenser son chez soi. " Structurez l'espace aussi logiquement que possible, en simplifiant le rangement et la circulation. Eliminez le superflu ou tout ce qui sert peu. A terme, vous devrez peut-être apprendre à vous déplacer chez vous en vous aidant de vos mains pour vous orienter. Alors attribuez une place fixe pour chaque objet, en accord avec votre conjoint.e. "Cette approche de base peut être déclinée dans toutes les pièces de la maison. " Dans la cuisine, vérifiez le contenu de chaque armoire et tiroir, et limitez le nombre de tasses, verres, assiettes... que vous utilisez tous les jours. Vous ferez place nette et cela vous permettra de retrouver chaque objet facilement. Pensez aussi à ranger de manière logique vos aliments secs, comme les herbes aromatiques, les huiles, le sucre, etc. Ces denrées conservent longtemps et peuvent même aller dans une caisse, à la cave ou au grenier. "Une fois vos armoires triées et rangées, marquez-en le contenu, en grandes lettres, sur des étiquettes. " Si cela reste trop peu lisible, pourquoi ne pas envisager des étiquettes parlantes ? Ce sont des étiquettes que l'on colle sur les armoires, les tiroirs ou les emballages, et dont on lit le code avec un stylo parlant. " On peut continuer à cuisiner soi-même grâce à une bonne organisation et à quelques adaptations. " L'électroménager pensé pour les malvoyants - four, cuisinière, micro-ondes - sont équipés de boutons qui émettent des sons, précise Marie-Jeanne Nachtergaele. On peut y ajouter des points en relief qui aident à vérifier si on a réglé la bonne température, la bonne fonction... Les ergothérapeutes peuvent aider, car il faut du sur mesure, en fonction des besoins de chacun. Cela n'a aucun sens de marquer toutes les positions du four si vous n'en utilisez que deux, par exemple. Trop de marquages risque de compliquer l'usage des appareils, car il faut ensuite être capable de les entretenir ". A cet égard, la multiplication des écrans n'aide pas les malvoyants, puisqu'ils n'ont pas de boutons ou de touches physiques. " Avoir de plus en plus de mal à lire, ne plus pouvoir suivre les sous-titres et avoir des problèmes avec son smartphone : voilà les trois plaintes les plus courantes. C'est souvent comme cela qu'on se rend compte que sa vue a fort diminué ", expliquent Govaert et Kathleen Boogmans, qui aident au quotidien les personnes souffrant d'un handicap visuel. Kathleen est elle-même concernée, puisque sa vue a petit à petit décliné, jusqu'à la cécité. " Il existe aujourd'hui des solutions pratiques pour la quasi-totalité de soucis rencontrés dans la vie quotidienne mais cela exige une approche sur mesure. Comme pour les appareils auditifs, demander une aide à la vision n'est pas un cap facile à franchir du point de vue psychologique. " Si vous avez de plus en plus de mal à lire, vous pouvez vous aider d'un large assortiment de loupes électroniques, du petit modèle portable au grand modèle de table. " Il suffit de poser le livre, la lettre ou le journal en- dessous, et sur l'écran de la loupe s'affiche une version agrandie que vous pouvez adapter selon ses besoins. Vous pouvez également agrandir ou réduire la taille des lettres, modifier le fond et les couleurs pour un meilleur contraste, jouer avec la largeur des colonnes ou utiliser les lignes de lecture rouges qui vous indiquent où vous en êtes dans le texte. " Certaines loupes électroniques peuvent être combinées avec la parole et la lecture. Si l'agrandissement des lettres ne sert à rien parce que votre problème visuel provoque une déformation des images, il existe d'autres solutions. " La Webbox, par exemple, est un appareil de communication Bluetooth, qui permet une lecture à haute voix. La box vous permet de lire un très grand nombre de livres, de magazines et de quotidiens. Ceux-ci sont enregistrés par voix d'ordinateur, les autres (livres et magazines) par des voix humaines. La box se pilote à l'aide de 3 boutons. "Depuis peu, la Webbox peut aussi être reliée à un scanner pour lui faire lire à haute voix des lettres, des articles ou des e-mails. Si vous avez des problèmes avec votre ordinateur, vous pouvez passer à un clavier contrasté, avec des caractères agrandis et des logiciels adaptés, qui permettent d'agrandir les textes ou de les faire lire. De nombreux malvoyants arrêtent souvent de regarder la télévision à cause des sous-titres, soit parce qu'ils deviennent illisibles pour eux, soit parce qu'ils disparaissent trop vite. Un sous-titre parlé ou agrandi peut résoudre ce problème. Comment ? Par l'intermédiaire d'une boîte vocale qui agrandit fortement les sous-titres et leur ajoute un contraste couleur. " Si cela ne suffit pas, un lecteur d'écran peut aider. Il lit les sous-titres en simultané. Une solution possible sur toutes les chaînes avec programme sous-titré, en direct, enregistré ou sur Netflix. " Les smartphones contiennent beaucoup de fonctions par défaut, que vous pouvez contrôler en grande partie vocalement. " Sur les iPhones, cela peut se faire par l'intermédiaire de l'assistant Siri. En outre, il existe des systèmes de voix off, qu'on actionne avec le mouvement des doigts et qui permettent de surfer sur internet, par exemple. Mieux vaut suivre d'abord une courte formation pour bien maîtriser cette application. "Si vous cherchez plus simple, plus basique, vous pouvez opter pour un téléphone simplifié avec un écran plus grand qui vous permet de passer des appels ou d'envoyer des SMS par commande vocale.