Considéré comme un con- structeur de petite taille par les Européens, Suzuki n'en reste pas moins une marque d'importance dans le monde. Le Japonais écoule tout de même plus de 3 millions d'automobiles par an, soit plus que BMW ou Mercedes... Il n'y a donc pas de raison que le Japonais n'inaugure pas, lui aussi, de nouvelles technologies. C'est, notamment, le cas du Vitara (et par extension du crossover S-Cross) qui bénéficie de l'arrivée d'une nouvelle version hybride, octroyant un sérieux coup de vert à ce SUV.
...

Considéré comme un con- structeur de petite taille par les Européens, Suzuki n'en reste pas moins une marque d'importance dans le monde. Le Japonais écoule tout de même plus de 3 millions d'automobiles par an, soit plus que BMW ou Mercedes... Il n'y a donc pas de raison que le Japonais n'inaugure pas, lui aussi, de nouvelles technologies. C'est, notamment, le cas du Vitara (et par extension du crossover S-Cross) qui bénéficie de l'arrivée d'une nouvelle version hybride, octroyant un sérieux coup de vert à ce SUV. Suzuki est rentré tôt dans la technologie hybride. Tous les modèles de la gamme comptent désormais une version hybride, à l'exception de la Celerio. Il était logique que cette technologie soit aussi appliquée aux véhicules plus lourds et émetteurs de CO2. C'est la Vitara qui s'y colle. Dans la gamme, les 1.4 Boosterjet de 140ch et le 1.0 de 111ch disparaissent au profit d'une unique version hybride. Le nouveau 1.4 se veut moins puissant que celui qu'il remplace (129ch), mais annonce une consommation en baisse de 20% ! Merci au système hybride SHVS à la fois léger et peu onéreux, comparativement à un dispositif full hybride et, évidemment, à un hybride rechargeable. L'excédent de poids n'est que de 15 kg tandis que le surcoût d'environ 1.500 ? par rapport à l'ancien 1.4 de 140 ch. L'approche technologique apparaît simple : un moteur électrique de 10 kW (13ch) situé au niveau de l'alternateur est alimenté par une petite batterie lithium-ion 48V d'une capacité de 0,4 kWh. L'électricité est récupérée en phase de décélération et restituée lors des accélérations. Ne vous attendez pas à rouler complètement à l'électricité, même sur de très courtes distances. Néanmoins, les avantages du SHVS sont palpables : 15 Nm de couple en plus (235 Nm désormais) et plus que 128 g/km d'émissions de CO2 pour la version à 2 roues motrices (la plus prisée) - soit 5,7 l/100 km. Dès les premiers tours de roues parcourus, on ne constate aucune différence d'agrément ou de performance avec l'ancien 1.4 de 140 ch, preuve de l'apport du moteur électrique. Il en ressort, au final, un groupe motopropulseur plus rond, plus souple, plus " plein " à tous les régimes. Une excellente nouvelle donc. Cela dit, l'effet de " boost " octroyé reste assez court, la batterie étant rapidement vide. Objectif essentiel de cette approche, la consommation baisse avec une belle surprise : moins de 7l/100 km. Voilà qui est très peu pour un véhicule de la taille et du poids du Vitara. Pour le reste, ce SUV familial conserve toutes ses qualités de confort et d'efficacité routière, mais il se montre - c'est dommage - toujours un peu trop bruyant. C'est, notamment, le cas pour les nuisances aérodynamiques sur autoroute (bruits d'air). Un petit bémol donc, mais qui ne devrait pas refroidir les acheteurs, car le rapport prix/qualité/habitabilité/consommation (18.299? de base en 4x2) font du Vitara - et par extension du S-Cross (tarif identique) - un SUV branché des plus désirables.