1. Découvrir un littoral authentique

Les baies d'Elounda et de Mirabello, avec leurs villages côtiers ou accrochés à flanc d'une montagne plus ou moins pelée selon la saison, séduisent au premier regard. Les hameaux à la blancheur immaculée le disputent aux localités dont les façades sont parfois beaucoup plus colorées. C'est le cas de la ville d'Agios Nikolaos, chef-lieu du district régional de Lassithi. L'endroit a la particularité de se lover autour du lac " enterré " de Voulismeni, d'origine volcanique, bordé d'un étagement de maisons hautes en couleurs.
...

Les baies d'Elounda et de Mirabello, avec leurs villages côtiers ou accrochés à flanc d'une montagne plus ou moins pelée selon la saison, séduisent au premier regard. Les hameaux à la blancheur immaculée le disputent aux localités dont les façades sont parfois beaucoup plus colorées. C'est le cas de la ville d'Agios Nikolaos, chef-lieu du district régional de Lassithi. L'endroit a la particularité de se lover autour du lac " enterré " de Voulismeni, d'origine volcanique, bordé d'un étagement de maisons hautes en couleurs. Elounda proprement dit est un ancien village de pêcheurs, protégé par la presqu'île de Spinalonga. En journée, on y goûte aux joies du farniente à la plage, des petits restaurants typiques les pieds dans l'eau, de la baignade et des flâneries dans les ruelles animées. Dans les environs immédiats, on ne manquera pas les anciennes salines - avec une très belle fresque byzantine -, le monastère d'Ariétou et la presqu'île de Kolokytha avec ses jolies criques. En pleine saison, allez-y en début ou en fin de journée pour éviter la foule. Un peu plus bas sur la côte, dans le charmant village de Plaka, on se régale de poissons fraîchement pêchés et d'un verre de vin blanc, avant de flâner dans les ruelles à la recherche d'un souvenir - tunique en coton brodée ou bijoux fantaisie. Sculptée par la forte brise qui souffle depuis le large, la nature crétoise, entre végétation de garrigue, appelée ici Phrygana, et arbustes trapus, invite à la randonnée. L'idéal est de sillonner les environs au volant d'une voiture de location, depuis les villages au bord de l'eau jusqu'à l'arrière-pays plus minéral et rocailleux. Logés à l'Elounda Mare, nous étions idéalement situés pour toutes sortes d'excursions. Le village d'Elounda lui-même - quelque peu décati (ah ! ces constructions curieusement inachevées...) - est dominé par un sommet culminant à 543 mètres. Une jolie balade, via un ancien chemin muletier, démarre au bout de la rue Melina Mercouri, en face de l'église principale. Prendre un peu de hauteur offre l'avantage de découvrir de superbes panoramas sur la baie de Mirabello. Dans la mythologie grecque, la Crète est le berceau de Zeus. Né dans une grotte sur les pentes du Mont Ida, le petit Zeus, élevé par une chèvre et aidé par les habitants du coin, a pu échapper à son père Cronos qui avait la fâcheuse habitude de dévorer ses enfants à la naissance.Située sur le plateau de Lassithi, la grotte de Zeus, riche en stalagmites et stalactites, se rejoint à pied. Mais la randonnée est assez rude. D'autres excursions, plus accessibles, s'offrent heureusement à vous. Par exemple, la visite des ruines de Spinalunga. On y accède en bateau depuis la jetée du port d'Elounda. Si par extraordinaire le vent ne souffle pas, vous pouvez envisager de louer une embarcation et rejoindre l'endroit par vos propres moyens. Cet îlot-forteresse date du XVe siècle avant JC. Il a été occupé successivement par les Romains, les Vénitiens, les Arabes... Et a abrité jusqu'en 1951 une léproserie. L'émotion nous saisit sans crier gare, alors qu'on déambule sur le pourtour de l'île. Chaque tournant réserve des surprises. Ici, la végétation a envahi un ancien réfectoire, là on devine la trace d'une enseigne, ailleurs encore une ouverture dans les vieilles pierres ménage une fenêtre sur le large. La romancière anglaise Victoria Hislop, tombée amoureuse de ce coin de Crète, vit depuis quelques années à Plaka et a signé un best-seller inspiré par l'histoire poignante de Spinalunga, L'Île des oubliés (Livre de poche). La Crète est reconnue comme l'une des rares " zones bleues " au monde. Bleue pour la couleur profonde du ciel, de la mer et des détails architecturaux typiques de l'île. Mais aussi pour sa particularité à abriter le plus grand nombre de centenaires sur la planète, à égalité avec l'île d'Okinawa, au Japon. Le secret ? Un mode de vie sain et une cuisine variée, équilibrée, très authentique. Au coeur d'une nature spectaculaire, on se régale donc d'une mine de produits naturels : poissons et fruits de mer, légumes et fruits de saison, grillades, huile d'olive. Pour les déguster, ce ne sont pas les bonnes adresses qui manquent. Parmi nos coups de coeur figurent les tables de l'hôtel Elounda Mare, qui n'est pas un Relais & Châteaux pour rien. Pour goûter la cuisine crétoise traditionnelle, on s'attable plus particulièrement dans le jardin paradisiaque de l'Old Mill, où officie le chef Dimitrios Vergakis. À Plaka, nous vous recommandons la taverne Gorgona. Le patron, John Grigorakis, vous fera découvrir sa pêche du jour, après quelques mezze en entrée. Tout cela avec, en sus, la gentillesse proverbiale et le sens de l'accueil des Crétois. À la tombée du jour, le coucher de soleil prend des allures magiques. C'est le moment de siroter un apéritif, en songeant aux siècles d'histoire qui nimbent la Crète. Loin, très loin des soucis du quotidien...