La provocation et l'absurdité font partie intégrante du travail de Wim Delvoye. Mais l'artiste y cache aussi de nombreux liens avec l'actualité et le passé.

La particularité de l'exposition qui lui est consacrée est qu'elle fait dialoguer des chefs-d'oeuvre de la collection d'art ancien des MRBAB avec des créations de l'artiste inspirées directement par ces lieux.

On y retrouvera notamment sa machine à digérer "Cloaca" (2001), "Love Letter I" (1998-1999) et "Carved Tyres"(2010-2014), ou le célèbre cochon "Tapisdermy" (2010).

De nouvelles oeuvres de Wim Delvoye, des bas-reliefs en marbre, y sont également exposées pour la première fois.

Pour l'occasion, l'artiste a aussi réalisé trois oeuvres "tordues", dont l'une inspirée du "Dénicheur d'aigles" de Jef Lambeaux, une pièce des collections des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

"J'espère que cet échange avec l'ancien permettra au public de redécouvrir le contemporain. Car chaque artiste a été contemporain et novateur pour son époque", commente Wim Delvoye.