Bouturez en pot

Sur un rosier sans maladie ni parasite, sélectionnez un rameau dont la fleur vient juste de se faner. Coupez-le en biseau à une longueur d'environ 10cm, juste sous une paire de feuilles. Vous pourrez aussi tirer dessus en l'arrachant avec un petit fragment d'écorce, ou talon. Coupez la fleur fanée et la paire de feuilles du bas. Ne gardez que deux folioles à celles du haut pour limiter la transpiration de la plante.

Imprégnez la base de poudre de bouturage dont les hormones stimuleront l'arrivée des racines. Enfoncez la bouture de 3cm dans un pot rempli de terreau humide. Couvrez le tout d'une cloche ou d'une bouteille plastique avant de l'installer à mi-ombre. Suivez l'arrosage et aérez au bout d'un mois. La bouture racinée sera mise en terre au printemps prochain.

Repiquez les rejets

Les rosiers anciens, issus de bouture ou de division, ont la particularité d'émettre des rejets tout autour du pied. Ils ont exactement le même feuillage et portent des fleurs identiques. Rien à voir avec les gourmands qui naissent parfois au pied des rosiers greffés et qu'il faut couper sous peine de les voir prendre le dessus!

Attendez la fin de floraison ou, encore mieux, l'automne pour séparer le rejet du pied mère, en tranchant net avec une bêche affûtée. Replantez aussitôt en pleine terre. Arrosez régulièrement pour garder la terre fraîche et ainsi garantir une reprise rapide avant l'hiver.

Semez les graines

Si vous n'avez pas coupé toutes les fleurs fanées, vos rosiers porteront des cynorhodons, ou gratte-cul. Attendez que ces fruits mûrissent pour les récolter. Quand ils ont une belle coloration et une peau fripée, ouvrez-les en deux, retirez les graines que vous rincerez à travers un chinois. Laissez-les sécher sur du papier absorbant. Semez-les à l'extérieur dans une caisse en polystyrène remplie à parts égales de terreau et de sable.

Posez les graines en surface et recouvrez-les de 3cm de sable. Au printemps, de jeunes plantules poindront. Repiquées à l'automne, elles donneront leurs premières fleurs d'ici à trois ans. Avec un peu de chance, vous aurez créé une nouvelle rose.

Est-ce réussi?

La chute des feuilles d'une jeune bouture signe un début d'enracinement. Le gonflement des bourgeons au printemps atteste que le rejet a bien repris. Des plantules aux mini-feuilles pointant en mai/juin prouvent que le semis a pris.

Auteur : Pierre-Yves Nédélec (NT-F.com)