Tandis que le train panoramique nous mène de Zurich à Saint-Moritz, je pense à l'écrivain Marcel Proust. Il lui avait suffi de goûter une madeleine trempée dans le thé pour se trouver instantanément propulsé au coeur de son enfance. Revoir Maloja, dans les Grisons, allait-il me procurer le même " choc " nostalgique ?
...