Sur les hauteurs, la petite église de Jamoigne domine fièrement le paysage. En contrebas, dans un pré où s'accrochent quelques broussailles grillées par le froid, un cheval redresse lentement la tête à notre approche. Pas une autre âme, pas un seul bruit, si ce n'est le sifflement du vent piquant, un de ces vents qui fait rosir les joues et palpiter les oreilles. Pour celui qui n'aime pas la foule, l'hiver a tout d'une saison bénie : celle des promenades vivifiantes dans des paysages qui ont retrouvé toute leur quiétude. Au détour d'un sentier, d'une ruelle, s'offrent alors à ses yeux des panoramas presque parfaits, vides de présences inopportunes.
...