Le centre de la ville n'est pas grand, vous pouvez sans problème le découvrir à pied. Pour faire une agréable promenade dans la ville, partez de l'hôtel de ville dans la rue de Fer, la rue principale qui relie la gare aux anciens quartiers de la ville.

Dans la cour intérieure derrière l'hôtel de ville (Jardin du Maïeur) amusez-vous à essayer de reconnaître les personnalités représentées sur la Fresque des Wallons. Cette grande fresque murale met en scène des Wallons connus du Moyen âge à nos jours. De là, rendez-vous via la place du Théâtre et son théâtre de style néoclassique italien du XIXe siècle à la place d'Armes. Ici, vous devrez un peu chercher avant de découvrir le beffroi, derrière la bourse du commerce. Sa tour en pierre de taille est surmontée d'un toit en ardoise en forme de bulbe. Autrefois, Namur possédait un beffroi plus ancien sur sa citadelle, mais après sa destruction, la Tour Saint-Jacques a repris le flambeau.

Se restaurer et faire du shopping

En traversant la fameuse rue de l'Ange, où les magasins rivalisent d'élégance, vous arrivez dans le Vieux Namur, le véritable c£ur de la ville, construit au moyen âge. L'étroit labyrinthe des ruelles autour de la place du Marché aux Légumes s'est métamorphosé au cours de ces dix dernières années. Les anciens immeubles, parfois encore flanqués de jardins intérieurs, abritent un florilège de boutiques originales et de restaurants branchés. Ils font de Namur une ville de shopping agréable et variée. Nous avons repéré de beaux magasins de chaussures ainsi que de belles boutiques de déco et de design.

Attention, la plupart des magasins sont fermés le lundi. Après le lèche-vitrine, vous trouverez facilement un endroit sympathique pour manger un morceau ou boire un verre. Namur accueille aussi une des plus grandes concentrations d'établissements horeca de Belgique, un atout gagnant avec l'installation du parlement et du gouvernement wallons. Le petit guide Namur gourmande (disponible gratuitement auprès de l'office de tourisme) répertorie près de 350 adresses dans toutes les tendances culinaires et les gammes de prix.

Sacrilège sous le clocher de l'église

Dans une des ruelles du Vieux Namur vous attend le musée consacré au plus célèbre artiste de la ville. Peintre, dessinateur, graveur et caricaturiste, Félicien Rops (1833-1898) a souvent rué dans les brancards de la bourgeoisie et de l'Eglise, choquant les habitants de sa ville natale. Il ne pouvait dès lors que se plaire à Paris...

Aujourd'hui, ses concitoyens lui ont dédié un musée où est exposée, entre autres, sa célèbre aquarelle Pornokratès, une femme nue aux yeux bandés qui tient un cochon en laisse.

A deux pas de cette oeuvre irrespectueuse se dressent deux bastions du catholicisme. L'église Saint-Loup, rue Saint-Loup, est un exemple de baroque jésuite de la contre-réforme. Ces mêmes jésuites ont d'ailleurs offert à Namur son établissement d'enseignement le plus réputé, les facultés universitaires Notre Dame de la Paix, ce qui contribue à faire de Namur une ville jeune et dynamique. Le second bastion, la cathédrale, se dresse fièrement sur la place Saint-Aubain. Cet édifice du XVIIIe siècle, avec sa célèbre coupole, puise son inspiration dans la basilique Saint-Pierre de Rome. A la différence que les caves de la cathédrale de Namur sont louées à un négociant en vins.

Les parfums de la citadelle

En quittant la cathédrale, prenez la rue Joseph Saintraint pour arriver au bord de la Sambre. Certains anciens bâtiments industriels sur les quais ont été transformés en lofts hors de prix, et d'autres sont en plein chantier. Un peu plus loin en aval se trouve le terme de notre promenade : l'endroit magique où la Sambre et la Meuse se rencontrent. La statue du roi Albert Ier regarde vers la Meuse, dans la direction des roches fatales de Marche-les-Dames. Un peu plus haut, derrière la statue, parade la nouvelle Belgique : le parlement wallon s'est, en effet, installé dans une demeure seigneuriale en briques rouges, au toit en ardoise, datant de 1668 et entièrement rénovée.

S'il vous reste du temps, faites un tour à la citadelle. Si vous êtes à pied, empruntez la ligne de bus 3 qui vous mène de la gare vers le sommet (jusque 19h). De Pâques à la Toussaint, des bus touristiques y circulent aussi. La citadelle est un gigantesque rocher qui surplombe la Meuse et la Sambre à une hauteur de 220 m. A mi- chemin, au Pont des Hollandais, admirez le panorama sur la ville, la Meuse et les nouveaux quartiers de Jambes sur l'autre rive. Au sommet se dresse l'école hôtelière, un petit château avec un restaurant et un arboretum.

Dans leur forme actuelle, les fortifications militaires datent de l'époque hollandaise, mais leurs origines remontent au XIIe siècle. L'impressionnant réseau de galeries souterraines et de salles secrètes s'étend sur quelque 5 km. Le coeur de la citadelle est formé par Terra Nova, un site touristique proposant maquettes, présentations vidéo, diverses attractions et une visite guidée dans les boyaux, dont Guy Delforge est le spécialiste. Il y a seize ans, ce créateur de parfums a lancé un atelier dans une partie des casemates. Les huiles, extraits et essences qui constituent la base de ses parfums et de ses produits de beauté, y atteignent une maturation parfaite à une température constante comprise entre 12 et 17°C. " Comme un viticulteur, je travaille avec des ingrédients végétaux, il n'y a en fin de compte pas tellement de différence entre un pied de vigne et un bouquet de lavande ", explique-t-il.

Guy Delforge accompagne les visiteurs individuels le samedi après-midi (voir encadré ci-dessus). Dans le dédale souterrain, il sonde les murs aux endroits où il soupçonne des couloirs et des cavités. Et sous la lumière particulière des caves de maturation il soumet les visiteurs à des tests olfactifs. Car là où la Meuse et la Sambre s'unissent, ce ne sont pas seulement vos yeux et vos papilles gustatives qui seront titillés, mais aussi votre nez..

Plus d'info :

  • Maison du tourisme de Namur, Square Léopold, 5000 Namur.
    Tél : 081 24 64 49,
    info@namurtourisme.be, www.namurtourisme.be
  • Musée Félicien Rops, rue Fumal 12. Ouvert de 10 à 18 h, fermé le lundi (sauf juillet et août). Entrée : 3 ? (60+ : 1,50 ?).
    Tél : 081 22 01 10
  • Atelier de parfum de Guy Delforge : route Merveilleuse (Citadelle). Accès libre au magasin de 9 h 15 à 17 h 30 (dimanche et jours fériés, de 14 h 15-17 h 30). Visite guidée : samedi vers 15 h 30.
    Tél : 081 22 17 92 et
    www.delforge.com
  • Les rues de Fer et de l'Ange offrent un mélange de boutiques de grandes chaînes et de magasins indépendants. Les plus belles boutiques sont situées dans les ruelles du Vieux Namur (rue Haute Marcelle, rue de la Croix, rue de Halle, rue Saint-Loup...) Attention, beaucoup de magasins sont fermés le lundi.
Le centre de la ville n'est pas grand, vous pouvez sans problème le découvrir à pied. Pour faire une agréable promenade dans la ville, partez de l'hôtel de ville dans la rue de Fer, la rue principale qui relie la gare aux anciens quartiers de la ville. Dans la cour intérieure derrière l'hôtel de ville (Jardin du Maïeur) amusez-vous à essayer de reconnaître les personnalités représentées sur la Fresque des Wallons. Cette grande fresque murale met en scène des Wallons connus du Moyen âge à nos jours. De là, rendez-vous via la place du Théâtre et son théâtre de style néoclassique italien du XIXe siècle à la place d'Armes. Ici, vous devrez un peu chercher avant de découvrir le beffroi, derrière la bourse du commerce. Sa tour en pierre de taille est surmontée d'un toit en ardoise en forme de bulbe. Autrefois, Namur possédait un beffroi plus ancien sur sa citadelle, mais après sa destruction, la Tour Saint-Jacques a repris le flambeau. En traversant la fameuse rue de l'Ange, où les magasins rivalisent d'élégance, vous arrivez dans le Vieux Namur, le véritable c£ur de la ville, construit au moyen âge. L'étroit labyrinthe des ruelles autour de la place du Marché aux Légumes s'est métamorphosé au cours de ces dix dernières années. Les anciens immeubles, parfois encore flanqués de jardins intérieurs, abritent un florilège de boutiques originales et de restaurants branchés. Ils font de Namur une ville de shopping agréable et variée. Nous avons repéré de beaux magasins de chaussures ainsi que de belles boutiques de déco et de design. Attention, la plupart des magasins sont fermés le lundi. Après le lèche-vitrine, vous trouverez facilement un endroit sympathique pour manger un morceau ou boire un verre. Namur accueille aussi une des plus grandes concentrations d'établissements horeca de Belgique, un atout gagnant avec l'installation du parlement et du gouvernement wallons. Le petit guide Namur gourmande (disponible gratuitement auprès de l'office de tourisme) répertorie près de 350 adresses dans toutes les tendances culinaires et les gammes de prix. Dans une des ruelles du Vieux Namur vous attend le musée consacré au plus célèbre artiste de la ville. Peintre, dessinateur, graveur et caricaturiste, Félicien Rops (1833-1898) a souvent rué dans les brancards de la bourgeoisie et de l'Eglise, choquant les habitants de sa ville natale. Il ne pouvait dès lors que se plaire à Paris... Aujourd'hui, ses concitoyens lui ont dédié un musée où est exposée, entre autres, sa célèbre aquarelle Pornokratès, une femme nue aux yeux bandés qui tient un cochon en laisse. A deux pas de cette oeuvre irrespectueuse se dressent deux bastions du catholicisme. L'église Saint-Loup, rue Saint-Loup, est un exemple de baroque jésuite de la contre-réforme. Ces mêmes jésuites ont d'ailleurs offert à Namur son établissement d'enseignement le plus réputé, les facultés universitaires Notre Dame de la Paix, ce qui contribue à faire de Namur une ville jeune et dynamique. Le second bastion, la cathédrale, se dresse fièrement sur la place Saint-Aubain. Cet édifice du XVIIIe siècle, avec sa célèbre coupole, puise son inspiration dans la basilique Saint-Pierre de Rome. A la différence que les caves de la cathédrale de Namur sont louées à un négociant en vins. En quittant la cathédrale, prenez la rue Joseph Saintraint pour arriver au bord de la Sambre. Certains anciens bâtiments industriels sur les quais ont été transformés en lofts hors de prix, et d'autres sont en plein chantier. Un peu plus loin en aval se trouve le terme de notre promenade : l'endroit magique où la Sambre et la Meuse se rencontrent. La statue du roi Albert Ier regarde vers la Meuse, dans la direction des roches fatales de Marche-les-Dames. Un peu plus haut, derrière la statue, parade la nouvelle Belgique : le parlement wallon s'est, en effet, installé dans une demeure seigneuriale en briques rouges, au toit en ardoise, datant de 1668 et entièrement rénovée. S'il vous reste du temps, faites un tour à la citadelle. Si vous êtes à pied, empruntez la ligne de bus 3 qui vous mène de la gare vers le sommet (jusque 19h). De Pâques à la Toussaint, des bus touristiques y circulent aussi. La citadelle est un gigantesque rocher qui surplombe la Meuse et la Sambre à une hauteur de 220 m. A mi- chemin, au Pont des Hollandais, admirez le panorama sur la ville, la Meuse et les nouveaux quartiers de Jambes sur l'autre rive. Au sommet se dresse l'école hôtelière, un petit château avec un restaurant et un arboretum. Dans leur forme actuelle, les fortifications militaires datent de l'époque hollandaise, mais leurs origines remontent au XIIe siècle. L'impressionnant réseau de galeries souterraines et de salles secrètes s'étend sur quelque 5 km. Le coeur de la citadelle est formé par Terra Nova, un site touristique proposant maquettes, présentations vidéo, diverses attractions et une visite guidée dans les boyaux, dont Guy Delforge est le spécialiste. Il y a seize ans, ce créateur de parfums a lancé un atelier dans une partie des casemates. Les huiles, extraits et essences qui constituent la base de ses parfums et de ses produits de beauté, y atteignent une maturation parfaite à une température constante comprise entre 12 et 17°C. " Comme un viticulteur, je travaille avec des ingrédients végétaux, il n'y a en fin de compte pas tellement de différence entre un pied de vigne et un bouquet de lavande ", explique-t-il. Guy Delforge accompagne les visiteurs individuels le samedi après-midi (voir encadré ci-dessus). Dans le dédale souterrain, il sonde les murs aux endroits où il soupçonne des couloirs et des cavités. Et sous la lumière particulière des caves de maturation il soumet les visiteurs à des tests olfactifs. Car là où la Meuse et la Sambre s'unissent, ce ne sont pas seulement vos yeux et vos papilles gustatives qui seront titillés, mais aussi votre nez.. Plus d'info :