Pour un peu, on se croirait outre-Manche. Devant les vitrines des magasins, où trônent en bonne place des coquelicots de papier, des groupes de lycéens s'apostrophent bruyamment dans la langue de Shakespeare. Un peu plus loin, une chapelle anglicane se dresse toute en sobriété, tandis que l'ardoise du restaurant voisin promet de délicieux "fresh soup & toasties". " Les Anglais sont un peu chez eux à Ypres, confirme d'emblée Patricia Leeuwerck-Ghekière, guide à la ville. Je ne sais pas si cela sera maintenu avec le Brexit, mais la visite de la ville est pour eux un passage obligé, inscrit dans leur programme scolaire. "
...