Soixante kilomètres à peine. Arrêts (rapides) compris, il suffit d'une grosse journée d'été pour parcourir l'ensemble du littoral en voiture, de la frontière néerlandaise à la frontière française. L'exercice est facile, et permet de trancher une bonne fois pour toute : la côte belge est-elle vraiment " moche à pleurer " comme l'affirmait début d'année l'association néerlandaise pour la nature et l'environnement (Natuurmonumenten) ? N'y voit-on vraiment plus " aucun paysage de qualité " ? Certes, on peut difficilement nier que certaines stations balnéaires s'apparentent à de longues lignes d'immeubles sans réel charme. Mais de là à généraliser... Une vérification s'impose !
...