"Dès le XIXe siècle, le train et le chocolat ont donné un rayonnement international à la Belgique. Dès lors, quoi de plus tentant que de faire dialoguer ces deux univers ?", déclare Pieter Jonckers, le directeur du musée. "Le monde ferroviaire est celui de l'émotion, avec notamment les paysages qui défilent durant le voyage ; une émotion aussi procurée par le chocolat, produit universel...", ajoute le chocolatier Pierre Marcolini, un des parrains de l'exposition. Après Tintin, Lego et Paul Delvaux, les lieux accueillent ainsi une exposition chocolatée au travers d'une vingtaine de maquettes imaginées par l'auteur de bandes dessinées François Schuiten et réalisées par les chocolatiers sculpteurs Peter Teerlinck et Bart Steegmans. Selon les oeuvres, ces derniers ont fait fondre le chocolat brut et l'ont malaxé pour lui donner la forme souhaitée ou ils se sont attaqués directement au bloc de chocolat brut, à la manière d'un sculpteur.

null, Olivia Van de Putte
null © Olivia Van de Putte

Plus d'une tonne de chocolat

Pas moins de 1.200 kilos de chocolat ont été utilisés pour réaliser ces oeuvres. Parmi les sculptures en chocolat exposées tout au long du parcours de visite, on peut admirer une représentation de la gare de Bruxelles-Midi, le buste d'un machiniste plus vrai que nature, un Thalys stylisé ou encore la splendide locomotive Type 12 Atlantic. La version chocolatée de la mythique loco trône juste à côté de l'originale, la dernière locomotive à vapeur de conception belge. Un monstre de vitesse dans les années 30 ! Et les chocolatiers sculpteurs sont brillamment parvenus à évoquer cette vitesse, entre autres, par des stries dans la carrosserie verte du train et par la reproduction du mouvement de la vapeur. Puis, il y aussi une sculpture de cacao représentant une voiture royale disparue : la berline de gala A1 de Léopold II, grand passionné des chemins de fer. L'occasion de s'imaginer à quoi elle ressemblait... Dans cette exposition, ouvrez l'oeil pour également apercevoir un adorable chien en or brun dans une cabine téléphonique ou encore un surprenant service à thé, en chocolat, se fondant à merveille dans le décor d'un wagon-restaurant.

Olivia Van de Putte
© Olivia Van de Putte

Une tablette "Etoile du Nord"

Le chocolat utilisé pour ces sculptures alléchantes est comestible mais, n'ayant pas été sélectionné pour sa saveur, il n'est pas le plus délicieux, avertissent les organisateurs de l'exposition. Pour les gourmands, une tablette de chocolat exclusive, imaginée par les deux parrains de l'exposition, Pierre Marcolini et Dominique Persoone, est proposée à la boutique du musée. Préparée avec des fèves de cacao cultivées au Mexique par le planteur belge Mathieu Brees, la tablette "Etoile du Nord" se compose de 65% de cacao, d'éclats de caramel, de noisettes et d'amandes. Une douceur inspirée de la rose des vents qui décore, depuis les années 50, la salle des pas perdus de la gare de Bruxelles-Nord.

Train World
© Train World

Des activités variées

En marge de l'exposition "Choco Loco", plusieurs activités sont au programme à Train World comme une conférence sur le thème du cacao équitable, des visites guidées thématiques et des expériences de dégustations dont une axée sur le mariage de la bière et du chocolat...

"Choco Loco". Train World, 5 place Princesse Elisabeth, 1030 Bruxelles. Du 20/10 au 21/2. Prix : 12 €. Infos : www.trainworld.be

"Dès le XIXe siècle, le train et le chocolat ont donné un rayonnement international à la Belgique. Dès lors, quoi de plus tentant que de faire dialoguer ces deux univers ?", déclare Pieter Jonckers, le directeur du musée. "Le monde ferroviaire est celui de l'émotion, avec notamment les paysages qui défilent durant le voyage ; une émotion aussi procurée par le chocolat, produit universel...", ajoute le chocolatier Pierre Marcolini, un des parrains de l'exposition. Après Tintin, Lego et Paul Delvaux, les lieux accueillent ainsi une exposition chocolatée au travers d'une vingtaine de maquettes imaginées par l'auteur de bandes dessinées François Schuiten et réalisées par les chocolatiers sculpteurs Peter Teerlinck et Bart Steegmans. Selon les oeuvres, ces derniers ont fait fondre le chocolat brut et l'ont malaxé pour lui donner la forme souhaitée ou ils se sont attaqués directement au bloc de chocolat brut, à la manière d'un sculpteur.Pas moins de 1.200 kilos de chocolat ont été utilisés pour réaliser ces oeuvres. Parmi les sculptures en chocolat exposées tout au long du parcours de visite, on peut admirer une représentation de la gare de Bruxelles-Midi, le buste d'un machiniste plus vrai que nature, un Thalys stylisé ou encore la splendide locomotive Type 12 Atlantic. La version chocolatée de la mythique loco trône juste à côté de l'originale, la dernière locomotive à vapeur de conception belge. Un monstre de vitesse dans les années 30 ! Et les chocolatiers sculpteurs sont brillamment parvenus à évoquer cette vitesse, entre autres, par des stries dans la carrosserie verte du train et par la reproduction du mouvement de la vapeur. Puis, il y aussi une sculpture de cacao représentant une voiture royale disparue : la berline de gala A1 de Léopold II, grand passionné des chemins de fer. L'occasion de s'imaginer à quoi elle ressemblait... Dans cette exposition, ouvrez l'oeil pour également apercevoir un adorable chien en or brun dans une cabine téléphonique ou encore un surprenant service à thé, en chocolat, se fondant à merveille dans le décor d'un wagon-restaurant.Le chocolat utilisé pour ces sculptures alléchantes est comestible mais, n'ayant pas été sélectionné pour sa saveur, il n'est pas le plus délicieux, avertissent les organisateurs de l'exposition. Pour les gourmands, une tablette de chocolat exclusive, imaginée par les deux parrains de l'exposition, Pierre Marcolini et Dominique Persoone, est proposée à la boutique du musée. Préparée avec des fèves de cacao cultivées au Mexique par le planteur belge Mathieu Brees, la tablette "Etoile du Nord" se compose de 65% de cacao, d'éclats de caramel, de noisettes et d'amandes. Une douceur inspirée de la rose des vents qui décore, depuis les années 50, la salle des pas perdus de la gare de Bruxelles-Nord.En marge de l'exposition "Choco Loco", plusieurs activités sont au programme à Train World comme une conférence sur le thème du cacao équitable, des visites guidées thématiques et des expériences de dégustations dont une axée sur le mariage de la bière et du chocolat...