Sur les plus de 600 oeuvres que Paul Delvaux a produites, environ un tiers porte sur l'univers ferroviaire, précise Pieter Jonckers, le directeur du musée Train World, installé dans l'ancienne gare de Schaerbeek. Ce fleuron des arts plastiques belges a été dans toutes les directions : de l'impressionnisme dans les années 20 au surréalisme des années 50 en passant par l'expressionnisme dans les années 30. Et il a créé jusqu'au bout malgré sa cécité ! " Le musée expose une cinquantaine...

Sur les plus de 600 oeuvres que Paul Delvaux a produites, environ un tiers porte sur l'univers ferroviaire, précise Pieter Jonckers, le directeur du musée Train World, installé dans l'ancienne gare de Schaerbeek. Ce fleuron des arts plastiques belges a été dans toutes les directions : de l'impressionnisme dans les années 20 au surréalisme des années 50 en passant par l'expressionnisme dans les années 30. Et il a créé jusqu'au bout malgré sa cécité ! " Le musée expose une cinquantaine d'oeuvres, en dialogue avec ses locomotives et wagons, pour un embarquement immédiat dans le monde à la fois poétique et mystérieux du peintre...La plupart des pièces présentées proviennent du Musée Paul Delvaux à Saint-Idesbald et de collections privées. Elles n'en sortent que très rarement! On peut admirer une vingtaine de grands tableaux dont " La gare forestière " (1960), une de ses oeuvres phares mesurant 220 cm sur 160. Si cette dernière est plutôt imaginaire, Delvaux a peint des gares réelles dont plusieurs versions de la Gare du Luxembourg, à Bruxelles, dans les années 20. A voir également des toiles mettant en scène des femmes dans un paysage ferroviaire comme " L'âge de fer " (1951), " Le voyage légendaire " (1974) ou encore "Le Tunnel" (1978).En outre, la SNCB a mis à la disposition permanente du musée un ensemble de quatre peintures commandées, début des années 60, par l'entreprise des chemins de fer à Delvaux pour décorer les premières classes du Trans Europ Express (TEE), soit l'ancêtre du Thalys ! Il s'agit de " Gare la Nuit I & II ", mettant à l'honneur les trains à vapeur qu'il appréciait beaucoup, et " Gare de Jour I & II ", valorisant les trains modernes électriques des années 50-60 dont une locomotive bleue qui tractait les TEE. Celle-ci, ainsi qu'une voiture pour laquelle les peintures ont été commandées, sont d'ailleurs exposées à Train World. On peut encore découvrir des aquarelles, des dessins à l'encre de Chine, des maquettes de trains faites sur mesure à la demande de l'artiste... Une évocation de l'atelier de Paul Delvaux, avec plusieurs objets personnels, permet une immersion complète dans son univers. Si la fascination du peintre pour le rail reste un mystère, l'exposition promet un voyage empreint de rêverie et d'une certaine nostalgie...