La Valette

Connue comme étant le "joyau baroque de la Méditerranée", la petite capitale de Malte, La Valette, est une cité fortifiée érigée dans les années 1500. Que vous y arriviez via une navette maritime ou par bus, il est agréable de se promener dans ses ruelles étroites, à la découverte de ses églises, de ses palais et de ses musées. Armez-vous cependant de bonnes chaussures, car les multiples côtes qui mènent à la rue commerçante peuvent parfois surprendre. Toutes ces ruelles coupent en effet à angle droit l'artère principale de la ville, la Republic Street, formant ainsi un véritable damier. Ses maisons aux balcons multicolores "so british" contribuent sans aucun doute à définir le paysage urbain maltais.

© Mailys Chavagne

Monument incontournable lorsqu'on visite la ville : la prestigieuse co-cathédrale Saint-Jean, bâtie entre 1575 et 1577 et dessinée par Gerolamo Cassar. Si l'extérieur de la cathédrale reste sobre, l'intérieur est, quant à lui, richement décoré dans un style baroque. Son sol, par exemple, est constitué des pierres tombales des chevaliers de l'Ordre (voir encadré). Le plafond retrace en plusieurs fresques des scènes de la vie de Saint-Jean-Baptiste, saint patron de l'Ordre. Très détaillées, les peintures sont séparées par des voûtes dorées. Difficile d'en détacher les yeux, si ce n'est pour admirer les neuf chapelles aux décors flamboyants. La visite s'accompagne d'un audioguide qui nous plonge dans l'histoire de la cathédrale, jusqu'à nous emmener à la découverte de l'un des peintres les plus célèbres de l'histoire de l'art : Le Caravage. Deux de ses oeuvres ornent les murs d'une salle de la co-cathédrale, héritage de son séjour à Malte et de son entrée dans l'Ordre.

La co-cathédrale Saint-Jean, située à La Valette, est un édifice surprenant qui associe une façade sobre issue de l'architecture de la Renaissance, à un intérieur baroque riche en décorations et en dorures. © Mailys Chavagne

Dans les hauteurs de la capitale, on retrouve les Jardins supérieurs de Barrakka (Upper Barrakka Gardens), qui offrent le plus beau point de vue de la capitale. D'ici, on a une vue imprenable sur les Trois Cités, situées juste en face.

Les chevaliers de l'Ordre

Dans le Jérusalem du 11e siècle fut un jour bâti un hospice, destiné à recevoir les pèlerins qui venaient visiter les lieux saints et à soigner les malades. Les religieux de la maison se donnèrent alors le nom d'Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, en l'honneur de Saint-Jean-Baptiste. Vers 1140, les Hospitaliers devinrent un ordre militaire, tout en gardant leur rôle auprès des malades. Après la perte de la Terre sainte en 1291, l'ordre s'installa d'abord sur l'île de Chypre, puis conquit l'île de Rhodes avant de finalement se réfugier à Malte en 1530, île que Charles Quint leur céda à condition qu'ils poursuivent leur mission en repoussant les Turcs. Ils prirent alors le nom de "chevaliers de Malte" et organisèrent la défense de l'archipel de Malte en édifiant plusieurs fortifications afin de lutter contre les Turcs ottomans. Grâce aux chevaliers, les îles de Malte formèrent un petit État souverain qui, de 1530 à 1798, fut la terreur des pirates musulmans.

Les Trois Cités

Visibles depuis les hauteurs de La Valette, les Trois Cités allient splendeur, Histoire et charme. Un véritable musée à ciel ouvert ! Si Senglea, Cospicua et Vittoriosa ont chacune leurs particularités, les trois villes présentent cependant un point commun : 4,5 kilomètres de gigantesques fortifications. Pour vivre le voyage tel un local, empruntez une navette depuis l'embarcadère de La Valette et rendez-vous à Vittoriosa (seule ville des Trois Cités desservie par bateau depuis 2015). C'est d'ailleurs dans cette même ville que débarquèrent les chevaliers de l'Ordre lors de leur périple. Rien de tel qu'une petite balade historique dans les rues de ce qu'on appela le "berceau de l'histoire maltaise", en raison de sa situation géographique. C'est d'ailleurs à Vittoriosa que se trouve l'une des plus anciennes fortifications de l'île, le fort Saint-Ange.

Cospicua est la plus grande ville des Trois Cités. Surtout connue sous son ancien nom, Bormla, elle abrite un littoral historique composé d'un ancien chantier naval. En grande partie détruite durant la Seconde Guerre mondiale, Cospicua a depuis lors été reconstruite à l'identique. L'un des attraits de la ville figure dans l'église de l'Immaculée Conception, qui échappa aux bombardements.

Vue des Trois Cités depuis les Jardins Supérieurs de Barrakka à la Valette. © Mailys Chavagne

Reste enfin Senglea, ville de 4000 habitants entourée par les baies de Dockyard Creek et de French Creek. Elle se visite le temps d'une promenade, le long de ses rues pleines de charme. Petit bijou de la cité : le jardin de Safe Haven, qui donne une vue sur le port à couper le souffle.

Gozo

Étape obligée lorsqu'on voyage à Malte : passer au moins une journée sur l'île pittoresque de Gozo, considérée comme "la petite soeur de Malte". Ses paysages côtiers et ses villages traditionnels de paysans et de pêcheurs forment un patrimoine riche. Si Malte est avant tout une île urbaine, avec une majorité de zones habitées, Gozo offre un décor sauvage et vallonné. C'est d'ailleurs sur ses collines que les paysans cultivent leurs agrumes (la marmelade maltaise est un pur délice !). Sans oublier les nombreux vergers dans lesquels poussent plantes aromatiques (thym, fenouil, lavande), figuiers de Barbarie, caroubiers, grenadiers, oliviers et amandiers...

L'île de Gozo est l'endroit idéal pour faire de la randonnée en famille. © Mailys Chavagne

Son littoral est bordé de falaises et de criques rocheuses, baignant dans une eau d'un bleu indigo intense. C'est d'ailleurs l'endroit idéal pour faire de la plongée. Un petit tour en bateau depuis la mer intérieure de Gozo nous emmène dans les hautes mers à la découverte d'un ancien site aujourd'hui disparu : la célèbre "Fenêtre Azur". Même si elle s'est effondrée en 2017 suite à une tempête, les falaises et les grottes qui l'entouraient valent le détour.

Pour bien profiter de son séjour sur l'île, des tours dans les traditionnels autobus "City Sightseeing", qu'on retrouve dans toutes les grandes villes (comme Bruxelles, Londres...), sont disponibles. La balade sur le toit du bus s'accompagne d'un audioguide. Le bus vous emmène partout et s'arrête aux "attractions" principales de l'île, afin de vous laisser le temps de faire la visite à pied.

Les falaises qui composent le littoral ressemblent parfois à des visages. © Mailys Chavagne

Arrêtez-vous à Ir-Rabat (ou Victoria), la capitale de Gozo, afin de déjeuner en terrasse. Rien de mieux que de visiter la magnifique citadelle de la ville début d'après-midi. Ses imposantes fortifications offrent une vue imprenable sur l'ensemble de l'île et ses murs renferment les principaux sites historiques de la ville (dont le musée d'Archéologie ou l'ancienne prison).