Depuis 20 ans, "Bruxelles fait son cinéma" propose des séances estivales dans des lieux, parfois méconnus, de différentes communes de la capitale. Même si cette édition-ci sera un peu bousculée, comme tant d'autres événements culturels, à cause de la crise du coronavirus, les projections auront malgré tout bien lieu, se réjouit l'asbl organisatrice Libération Films Animation.

Neuf séances

Exceptionnellement, les séances se tiendront dans neuf communes (au lieu de quinze) et seront accessibles uniquement sur réservation, avec un nombre limité de places. Parmi les films projetés : "La lutte des classes" (le 11 juillet à Forest), une comédie politique française qui balance avec insolence sur les bobos de l'école, avec Leila Bekhti et Edouard Baer ; "Tel Aviv on fire" (le 17 juillet à Uccle), une comédie décalée et intelligente, avec Lubna Azabal; ou encore "Hors normes" (le 18 juillet à Jette), un film humain nous emmenant dans le monde des enfants et adolescents autistes, avec Vincent Cassel et Reda Kateb. Chaque projection commencera à la tombée de la nuit, soit vers 22h10.

Laureline Baron
© Laureline Baron

Mesures sanitaires

Evidemment, des mesures de protection sanitaires sont prévues pour les spectateurs. Le port du masque sera obligatoire, du gel désinfectant pour les mains sera disponible à l'entrée des sites de projection et les règles de distanciation physique seront de mise: tous les sièges seront ainsi placés à une distance d'1m50 (y compris pour les familles, couples...). Autant le savoir aussi: pas de bar et pas d'accès à des toilettes sur les lieux de projection.

Pensez à prendre un pull et éventuellement une petite couverture pour votre confort. De belles soirées sous les étoiles tout en (re)découvrant la ville sous un autre angle...

"Bruxelles fait son cinéma." Du 9 au 18 juillet, à la tombée de la nuit. Accueil àpd 21h30. Gratuit. Inscription obligatoire. Infos et programme complet: www.bruxellesfaitsoncinema.be

Depuis 20 ans, "Bruxelles fait son cinéma" propose des séances estivales dans des lieux, parfois méconnus, de différentes communes de la capitale. Même si cette édition-ci sera un peu bousculée, comme tant d'autres événements culturels, à cause de la crise du coronavirus, les projections auront malgré tout bien lieu, se réjouit l'asbl organisatrice Libération Films Animation.Exceptionnellement, les séances se tiendront dans neuf communes (au lieu de quinze) et seront accessibles uniquement sur réservation, avec un nombre limité de places. Parmi les films projetés : "La lutte des classes" (le 11 juillet à Forest), une comédie politique française qui balance avec insolence sur les bobos de l'école, avec Leila Bekhti et Edouard Baer ; "Tel Aviv on fire" (le 17 juillet à Uccle), une comédie décalée et intelligente, avec Lubna Azabal; ou encore "Hors normes" (le 18 juillet à Jette), un film humain nous emmenant dans le monde des enfants et adolescents autistes, avec Vincent Cassel et Reda Kateb. Chaque projection commencera à la tombée de la nuit, soit vers 22h10.Evidemment, des mesures de protection sanitaires sont prévues pour les spectateurs. Le port du masque sera obligatoire, du gel désinfectant pour les mains sera disponible à l'entrée des sites de projection et les règles de distanciation physique seront de mise: tous les sièges seront ainsi placés à une distance d'1m50 (y compris pour les familles, couples...). Autant le savoir aussi: pas de bar et pas d'accès à des toilettes sur les lieux de projection.Pensez à prendre un pull et éventuellement une petite couverture pour votre confort. De belles soirées sous les étoiles tout en (re)découvrant la ville sous un autre angle...