La crise de la dette a lourdement affecté l'épargne des Européens. Trente-trois pour cent des sondés ont accusé une baisse de leur épargne l'année dernière. La Belgique s'inscrit dans la moyenne européenne avec un pourcentage de 34%.

Les Néerlandais, les Allemands et les Luxembourgeois sont les plus satisfaits de leur niveau d'épargne actuel. Les Belges arrivent à la septième place.

Tant en Belgique que dans les autres pays européens, la principale raison d'épargner est de pouvoir faire face aux imprévus. Pour les Belges, le logement arrive en deuxième position et les enfants en quatrième position.

Selon l'étude, 77% des Belges sondés se définissent comme économes et 81% assurent qu'épargner leur procure un sentiment de satisfaction. Seuls 13% ne partagent pas cet avis.

Pour continuer à épargner, plus de la moitié des Belges (52%) affirment réduire leurs dépenses liées aux loisirs. L'enquête révèle par ailleurs que les couples divorcés éprouvent plus de difficultés à épargner, 44% des divorcés ont répondu ne pas avoir d'épargne.

La crise de la dette a lourdement affecté l'épargne des Européens. Trente-trois pour cent des sondés ont accusé une baisse de leur épargne l'année dernière. La Belgique s'inscrit dans la moyenne européenne avec un pourcentage de 34%. Les Néerlandais, les Allemands et les Luxembourgeois sont les plus satisfaits de leur niveau d'épargne actuel. Les Belges arrivent à la septième place. Tant en Belgique que dans les autres pays européens, la principale raison d'épargner est de pouvoir faire face aux imprévus. Pour les Belges, le logement arrive en deuxième position et les enfants en quatrième position. Selon l'étude, 77% des Belges sondés se définissent comme économes et 81% assurent qu'épargner leur procure un sentiment de satisfaction. Seuls 13% ne partagent pas cet avis. Pour continuer à épargner, plus de la moitié des Belges (52%) affirment réduire leurs dépenses liées aux loisirs. L'enquête révèle par ailleurs que les couples divorcés éprouvent plus de difficultés à épargner, 44% des divorcés ont répondu ne pas avoir d'épargne.