Depuis le 17 mars, les indépendants qui répondent aux conditions peuvent bénéficier d'un assouplissement du droit passerelle.

"Il s'agit d'une mesure de soutien mise en place par le gouvernement pour les indépendants qui éprouvent des difficultés financières en raison du coronavirus. Les indépendants devant obligatoirement cesser leur activité (à titre principal et, sous certaines conditions, à titre complémentaire) ou dont l'activité est interrompue durant au moins sept jours en raison du coronavirus peuvent solliciter cette mesure de soutien financier, ce qu'ils font d'ailleurs avec empressement", selon Acerta, qui dit avoir enregistré un total d'environ 47.000 demandes depuis l'introduction du droit passerelle et en recevoir "des dizaines par heure."

Le droit passerelle permet aux indépendants de bénéficier d'une allocation pour les mois de mars et avril s'ils cessent volontairement leur activité ou s'ils sont tenus de l'interrompre en raison du coronavirus. "Pour le mois de mars, ce droit unique s'élève à 1.291,96 euros sans charge de famille et à 1.614,10 euros avec enfants à charge. Il en ira probablement de même pour avril. Le versement du droit passerelle de mars sera effectué à la mi-avril", précise encore Acerta.

Le prestataire de services constate que cette mesure de soutien soulève encore de nombreuses questions chez les indépendants, notamment sur ses modalités ou son caractère cumulable avec d'autres primes.

Depuis le 17 mars, les indépendants qui répondent aux conditions peuvent bénéficier d'un assouplissement du droit passerelle. "Il s'agit d'une mesure de soutien mise en place par le gouvernement pour les indépendants qui éprouvent des difficultés financières en raison du coronavirus. Les indépendants devant obligatoirement cesser leur activité (à titre principal et, sous certaines conditions, à titre complémentaire) ou dont l'activité est interrompue durant au moins sept jours en raison du coronavirus peuvent solliciter cette mesure de soutien financier, ce qu'ils font d'ailleurs avec empressement", selon Acerta, qui dit avoir enregistré un total d'environ 47.000 demandes depuis l'introduction du droit passerelle et en recevoir "des dizaines par heure." Le droit passerelle permet aux indépendants de bénéficier d'une allocation pour les mois de mars et avril s'ils cessent volontairement leur activité ou s'ils sont tenus de l'interrompre en raison du coronavirus. "Pour le mois de mars, ce droit unique s'élève à 1.291,96 euros sans charge de famille et à 1.614,10 euros avec enfants à charge. Il en ira probablement de même pour avril. Le versement du droit passerelle de mars sera effectué à la mi-avril", précise encore Acerta. Le prestataire de services constate que cette mesure de soutien soulève encore de nombreuses questions chez les indépendants, notamment sur ses modalités ou son caractère cumulable avec d'autres primes.