Un quart des 55 ans et plus travaille toujours pour son premier employeur et l'intention de départ volontaire (moins de un sur dix) est la plus faible de toutes les catégories d'âge des salariés belges, ressort-il mercredi d'une étude réalisée auprès de 1.000 personnes pour le bureau de recrutement spécialisé Robert Half.

L'impact du chômage sur le mode de vie, les soins et les relations des individus est manifeste, établi une étude du Cirtes (UCLouvain), Centre interdisciplinaire de Recherche, Travail, Etat et Société, réalisé à la demande du syndicat chrétien CSC, et dont les résultats sont abordés dans Le Soir.

Chaque jour dans le monde, les femmes de plus de 15 ans contribuent gratuitement aux tâches de soin en ce compris la collecte d'eau, la préparation de repas, le nettoyage ainsi que les soins aux enfants et aux personnes âgées. Cela représenterait au moins 12,5 milliards d'heures de travail par jour, estimées à un total de 10.800 milliards de dollars annuels, selon un nouveau rapport d'Oxfam.

La fidélité des Belges envers leur employeur a progressé ces 10 dernières années, selon une étude du prestataire de services RH Acerta. L'ancienneté moyenne s'élève à près de 10 ans et 10 mois aujourd'hui contre 10 ans et 1,5 mois en 2009. Le secteur financier affiche l'ancienneté moyenne la plus importante, avec 21 ans et neuf mois.

Près d'un tiers des travailleurs (32%) absents pendant plus d'un mois pour cause de maladie auraient pu et voulu travailler pendant au moins une partie de leur absence, selon une étude publiée par Securex. S'ils n'ont pas été en mesure de reprendre plus tôt, c'est principalement en raison d'un avis médical négatif (44%) et d'une absence de possibilité de reprise progressive (19%).

Parmi les Belges de 15 à 64 ans qui se sentent limités par un handicap ou des problèmes de santé de longue durée, seuls 24% ont un emploi, rappelle Statbel, l'office belge de statistique, pour la Journée internationale des personnes handicapées. De plus, ces personnes travaillent plus souvent à temps partiel que le reste de la population.

Huit entreprises belges sur dix où le temps de travail est enregistré utilisent encore pour ce faire un système traditionnel tel que le badge (22%), la pointeuse (22%), la feuille Excel (22%), voire le papier (14%), révèle une enquête menée par le prestataire de services RH SDWorx auprès de plus de 500 professionnels en Belgique, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Seuls 14% des travailleurs embauchés pour un nouveau job sont des demandeurs d'emploi, ressort-il d'une étude de la KU Leuven, publiée dans De Morgen et Het Laatste Nieuws. Quelque 1,5 million de travailleurs ont été sondés pour cette recherche sur les trajectoires de carrière.

En Belgique, les femmes continuent de gagner 537 euros bruts de moins que leurs collègues masculins en 2019. C'est une différence de 14,75 %, soit 237 euros nets par mois. En conséquence, l'écart de rémunération brute s'est réduit en moyenne de seulement 3 euros par rapport à l'année dernière. C'est ce que montre l'analyse de 105 000 fiches de paie réalisée par le secrétariat social Partena Professional.

Le nombre de pensionnés qui exercent une activité complémentaire sous le régime des flexi-jobs est passé de 1.830 au troisième trimestre de 2018 à 8.857 sur la même période cette année, a annoncé le ministre Philippe De Backer, en charge de la Lutte contre la fraude sociale.

Erreur interne du serveur - LeVif

Malheureusement, la page ne peut pas être affichée. Le serveur connaît un problème temporaire. Réessayez plus tard.