Si les chiffres évoluent favorablement, les télétravailleurs vont progressivement retourner sur leur lieu de travail à partir de juin. Les employeurs doivent s'y préparer. Les aspects psychosociaux seront aussi essentiels (si pas plus) que les mesures sanitaires.

Les départs volontaires des travailleurs sous contrat à durée indéterminée ont diminué de 18% l'année dernière par rapport à 2019, selon une étude du secrétariat social de Securex. Les cinq années précédentes avaient pourtant été marquées par une croissance constante de ces départs.

Nathalie Callens, conseiller juridique chez Group S (secrétariat social) répond à cette question et à d'autres. Un petit résumé avant de lire cet article ? Si le travailleur refuse de se faire vacciner, il ne peut en aucun cas être défavorisé par rapport aux autres.

Seuls 43% des entreprises belges disposent d'une politique préventive concernant le bien-être physique et mental sur le lieu de travail, selon une enquête du spécialiste RH Acerta, de HR Square et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Près d'un cinquième (18%) des entreprises n'entreprend en outre pas encore d'actions concrètes pour améliorer le bien-être de ses travailleurs, malgré la crise du covid.

Peu d'entreprises redistribuent leurs bénéfices aux travailleurs. Sur 10.000 entreprises, 67 ont versé une prime bénéficiaire à leurs travailleurs en 2020, selon les chiffres du fournisseur de services RH Securex. Ce système permet depuis 2018 aux entreprises d'attribuer une partie des bénéfices à leurs collaborateurs sous la forme d'une prime fiscalement attractive.

Les personnes en burn-out qui retournent travailler pour leur ancien employeur sont moins susceptibles d'être promues. C'est ce qui ressort d'une étude des facultés d'économie et de psychologie de l'université de Gand. "C'est évidemment problématique, car de nombreuses personnes retournent travailler pour leur 'ancien' employeur après leur épuisement professionnel", explique l'économiste du travail Stijn Baert.

Fin 2020, il restait encore des jours de congés extralégaux à 75 % des employés, qui ont dû les reporter en 2021. C'est 7 % de plus qu'en 2019. Les employés belges ont déplacé en moyenne 2,5 jours de vacances à cette année. C'est ce qu'il ressort d'une analyse de l'entreprise de services RH ACERTA sur base des chiffres de plus de 120 000 employés.

Bien que près de la moitié des travailleurs belges aient télétravaillé en 2020 en raison de la crise du coronavirus, le nombre de conflits et de cas de harcèlement au travail n'a pas diminué de manière significative. En témoigne le nombre de dossiers de harcèlement que le Groupe IDEWE, service externe de prévention en Belgique, a traités l'année dernière.

Le gouvernement précédent a introduit un programme de réintégration des malades de longue durée dans le monde du travail. Pourtant, il y a aujourd'hui près d'un demi-million de personnes qui souffrent de maladies de longue durée. Qu'en est-il du plan de réintégration ? Qui peut demander cette réintégration ?

Près de trois travailleurs belges sur quatre (73%) souhaitent économiser leurs jours de vacances ou heures supplémentaires prestées pour plus tard dans leur carrière, ressort-il d'une enquête de la société de ressources humaines Acerta auprès de 2.000 personnes actives.