Certains sont prêts à se priver pour que leur animal de compagnie ne manque de rien. "J'ai souvent à ma caisse une dame qui n'achète que des produits d'entrée de gamme pour elle, le top du top pour son chat ", raconte Mila, caissière dans un hypermarché. Le budget global destiné aux animaux de compagnie, en Belgique, avoisine un milliard et demi d'euros selon le SPF Economie. Il y a chez nous environ 2,2 millions de chats et 1,5 million de chiens, sans compter les 1,3 million de petits mammifères et... 67.000 reptiles. Un chien coûte près de 2.000€ par an contre 1.600 pour un chat. Mais tout dépend de la taille de la " bébête " : un Saint-Bernard engloutirait près de 1.000€ de croquettes et autres pâtées. Un lapin ne pèserait "que" 5.000 € en soins et nourriture tout au long de sa vie.
...

Certains sont prêts à se priver pour que leur animal de compagnie ne manque de rien. "J'ai souvent à ma caisse une dame qui n'achète que des produits d'entrée de gamme pour elle, le top du top pour son chat ", raconte Mila, caissière dans un hypermarché. Le budget global destiné aux animaux de compagnie, en Belgique, avoisine un milliard et demi d'euros selon le SPF Economie. Il y a chez nous environ 2,2 millions de chats et 1,5 million de chiens, sans compter les 1,3 million de petits mammifères et... 67.000 reptiles. Un chien coûte près de 2.000€ par an contre 1.600 pour un chat. Mais tout dépend de la taille de la " bébête " : un Saint-Bernard engloutirait près de 1.000€ de croquettes et autres pâtées. Un lapin ne pèserait "que" 5.000 € en soins et nourriture tout au long de sa vie. Ces montants devraient encore augmenter puisque nos chiens et chats ont gagné deux ans d'espérance de vie ces vingt-cinq dernières années car ils sont de plus en plus chouchoutés. Mais, en contrepartie, l'obésité et les maladies de la sédentarité les guettent. Désormais, près de 50 % des animaux domestiques sont en surpoids. Les fabricants d'aliments proposent donc des produits "light". Et les vétérinaires soignent désormais des maladies cardiaques, des cas de diabète, des problèmes articulaires, des soucis de surpoids, etc.La tête de nos chères boules de poil ne tourne plus tellement rond non plus. Chats ou chiens agressifs, anxieux ou dépressifs (car trop souvent à l'intérieur) ont participé à l'émergence d'un nouveau métier : celui de psychologue pour animaux de compagnie. Des comportementalistes qui se font les interprètes des relations Homme/animal. Ils traitent des pathologies comme les aboiements incessants, les comportements destructeurs, le manque de propreté, les phobies de certains animaux sortis très tard de l'élevage. Et c'est paradoxalement souvent le maître qui doit adopter son comportement pour le bien-être de son animal. Certains chiens ont besoin de... 10 à 12 heures d'activité par jour. Les conseils de ces psys ne sont évidemment pas gratuits. Renseignements pris auprès de l'un d'eux en région bruxelloise, il apparaît que le tarif de trois séances d'une heure est facturé à 200€ (payables lors de la première séance) ou 90€ l'heure seule. Et quelle est la différence entre un éducateur et un comportementaliste canin ? Le métier d'un dresseur canin est avant tout d'apprendre l'obéissance au chien (marche au pied, ne tire pas sur la laisse, assis, couché, panier...), mais pas de soigner les comportements néfastes ou psychologiquement inadaptés. Dans les clubs canins, outre une cotisation annuelle d'une cinquantaine d'euros, les cours collectifs d'une heure ne coûtent qu'une dizaine d'euros ou une quinzaine d'euros pour les cours individuels d'une demi-heure. Mais si un coach canin se déplace jusqu'au domicile, les prix peuvent varier de 35 à 50€ de l'heure. Quant au toilettage complet, selon la taille de l'animal, il oscille entre 35 et plus de 100€ si c'est un Bichon ou un Terre-Neuve. En réalité, c'est tout le monde médical des humains qui connaît sa version pour les animaux. Des kinés pour chiens à 40€ la demi-heure soulagent arthrite, douleurs musculaires ou encore un choc post-opératoire. Certains résultats laissent parfois perplexes comme en témoigne Stéphanie, la propriétaire d'une chienne adoptée dans un refuge. "J'ai très vite observé qu'elle souffrait de problème de mobilité à cause d'un arrière-train plus haut que les pattes de devant, dit-elle. J'ai donc pris contact avec un orthopédiste pour chiens qui m'a indiqué qu'il faudrait jusqu'à 20 séances pour la remettre d'aplomb. Il a fait marcher ma chienne sur un tapis dans un espèce d'aquarium se remplissant d'eau. Et ce, pour la forcer à faire de grandes enjambées. Chaque séance de ce type a coûté 35 €, mais les prix ont grimpé à 54€ pour des séances de cryothérapie et de laser censées favoriser la circulation sanguine. Si j'ai vu une différence avec les exercices sur le tapis, je reste très sceptique en ce qui concerne la cryothérapie." Le prince Laurent avait fait congeler son chien, un bouvier bernois, par le département vétérinaire de l'Université de Gand. Il voulait du temps pour lui dire un dernier adieu. Quand on vit une quinzaine d'années avec un animal de compagnie, on s'y attache et on désire qu'il parte dans la dignité. Il existe donc des pompes funèbres spécialisées pour animaux : chiens, chats, mais aussi lapins, cobayes, hamsters, poissons... Renseignements pris auprès d'une société courtraisienne qui propose un service complet de funérailles, il en coûte 500€ (prix indicatif) pour un chien ou un chat, de la prise en charge du corps jusqu'à la remise des cendres. Mais il faudra compter près de 2.000€ pour un cheval. Il existe également plusieurs cimetières pour animaux en Belgique. Marie-France Geys du cimetière du Paradis des Animaux en région liégeoise précise que des funérailles animalières coûtent 162€ pour l'enterrement dans une housse biodégradable. Un petit cercueil, c'est 250€ . Pour un petit monument funéraire, il faudra compter plus de 200€. La SRPA Veeweyde possède son propre cimetière animalier à Rosières depuis 1977. Les tombes sont certes plus petites, mais c'est la copie conforme d'un cimetière pour humains. Quelque 2.000 chiens et chats y reposent en paix sur deux hectares. L'inhumation se déroule selon le voeu du maître, en sa présence ou pas. Le prix ? Il varie en fonction de la taille du coffret, du choix du texte et de la pierre tombale. Disons qu'il faut compter une moyenne de 450 €. La concession est illimitée dans le temps si le propriétaire continue à payer 42€ par an. Et comme pour les humains, la crémation a aussi le vent en poupe. Il existe une douzaine de crématoriums pour animaux en Belgique. Les propriétaires récupèrent les cendres dans une urne. "L'amour n'a pas de poids ni de taille. Il n'y a pas que les chiens et les chats que les vétérinaires ou les maîtres nous amènent. On nous a déjà confié des canaris, un perroquet, une chèvre et un rat domestique. Une dame vient chaque fois qu'un de ses poissons d'aquarium décède. Elle récupère ensuite ses cendres pour les conserver chez elle", confie la responsable d'un petit crématorium pour animaux. Submergée pas les demandes de crémation, elle préfère qu'on ne cite pas son crématorium, car "nous sommes victimes de notre succès, nous avons trop de demandes, une liste d'attente... Le bouche-à-oreille nous suffit déjà amplement. Et c'est logique, car les propriétaires veulent éviter au maximum l'équarrissage pour un être qu'ils ont chéri durant des années. Avec l'équarrissage, les cadavres d'animaux sont mélangés, broyés, transformés en poudre. Qui veut ça pour son chien ou son chat ?" Et combien ça coûte, une crémation ? "Nous sommes un peu plus chers que d'autres crématoriums, car nous préférons apporter un maximum d'attention aux personnes qui ont perdu leur animal. Il faut donc compter chez nous de 180 à 420€ pour un chien selon son poids et 140€ pour un chat." Il existe aussi des crémations collectives (plusieurs animaux dans le four), le prix est alors quasiment divisé par deux. La mort, la vie et donc la santé ! La comparaison avec le monde des humains est une nouvelle fois de mise. Lorsque les frais de vétérinaires dépassent 1.000 €, deux propriétaires d'animaux sur dix disent ne plus être prêts à payer et optent pour l'euthanasie. Pour éviter cet écueil, il existe des mutuelles pour animaux. "Les primes débutent à une douzaine d'euros par mois, mais la moyenne payée par les souscripteurs est de 25 €, détaille Valérie Cremona Knockaert, responsable chez SantéVet. Il existe plusieurs formules omnium (maladies, accidents, chirurgie). Le remboursement des frais vétérinaires varie, selon le tarif, de 50 à 90%. Les franchises peuvent atteindre 60 €." C'est le prix de la tranquillité pour l'animal aimé.