Les employeurs ne sont donc plus nécessairement à cheval sur les horaires fixes. En d'autres termes, la majorité des employeurs se concentrent davantage sur le travail qui doit être fait que sur le moment où celui-ci doit être fait. Ainsi, certaines catégories de travailleurs ont la possibilité de déterminer elles-mêmes leur horaire en fonction de la charge de travail. Les horaires peuvent donc varier d'une semaine à l'autre. Presque la moitié des employeurs vont même jusqu'à penser qu'il est important de laisser les travailleurs décider de l'horaire qu'ils vont prester, dans certaines limites.

En revanche, 10% des employeurs évaluent encore les performances des travailleurs en fonction de leur présence sur le lieu de travail et de la quantité de travail effectuée, plutôt que de la qualité de ce dernier. Une tendance qui se remarque davantage chez les ouvriers (17%) que chez les employés (14%) ou les cadres (10%).

Mais globalement, plus d'un employeur sur trois évalue les performances de son personnel en tenant compte de l'ensemble quantité-qualité.

En outre, plus de la moitié des télétravailleurs (58%) choisissent leur propre horaire de travail à domicile. Cela ne doit pas nécessairement se faire pendant les heures normalement prévues. "Il est important, lorsqu'on pratique du télétravail, de se tenir à certains horaires, de prévoir un lieu de travail dédié plutôt que de travailler sur la table de la cuisine", recommande Olivier Marcq, dans des propos repris par l'Echo.