L'épargne-pension est le troisième pilier de la pension (premier pilier : votre pension légale, deuxième pilier : votre éventuelle pension complémentaire via votre employeur). C'est une forme d'épargne qui est stimulée fiscalement. Vous économisez un montant maximum chaque année et l'administration fiscale vous rembourse une partie de ce montant. Vous pouvez épargner pour votre retraite de deux manières : via votre banque (fonds d'épargne-pension - en d'autres termes, un investissement) ou via un assureur (assurance épargne-pension). Dans le passé, le rendement sur la période totale d'épargne était plus élevé si vous aviez opté pour la formule bancaire.

Aujourd'hui, l'épargne-pension via la banque est très prisée, car votre rendement est lié à la bourse. En cette période de crise économique, de nombreux épargnants sont donc inquiets et se posent un certain nombre de questions.

Ne vais-je pas perdre beaucoup d'argent si je suspends mon épargne-pension maintenant ?

Selon Febelin : Le produit de votre épargne-pension, s'il n'est pas couvert par un contrat d'assurance, est lié au marché boursier. Comme les marchés boursiers se portent moins bien en ce moment, cela aura probablement un impact négatif sur votre fonds de pension.

Mais rien ne vous oblige à récupérer votre investissement immédiatement si vous avez 65 ans. Vous pouvez donc laisser le placement en l'état pendant un certain temps et retirer le montant plus tard, lorsque la bourse aura repris des couleurs.

Puis-je interrompre le paiement de mes cotisations à l'épargne-pension ?

Bien sûr. Vous pouvez toujours mettre ces paiements en attente. Même si vous effectuez des paiements mensuels. Il vous suffit d'en informer votre banque. Vous pouvez également choisir de déposer un montant inférieur au montant maximum. Ce montant maximum en 2020 est de 990 euros (réduction d'impôt de 30 %) ou de 1 270 euros (réduction d'impôt de 25 %).

Puis-je passer à une assurance épargne-pension ?

C'est possible, mais ce n'est pas conseillé. Parce que vous allez payer beaucoup de taxes dessus. Les autorités fiscales prélèvent en effet une taxe de 33 % lors de ce type de transfert. Il est donc préférable de laisser votre argent où il est et d'ouvrir un nouveau contrat d'assurance. Mais pour bénéficier du régime fiscal le plus favorable, retenez que chaque contrat doit "exister" pendant au moins 10 ans. (Source : abcassurances.be)

L'épargne-pension est le troisième pilier de la pension (premier pilier : votre pension légale, deuxième pilier : votre éventuelle pension complémentaire via votre employeur). C'est une forme d'épargne qui est stimulée fiscalement. Vous économisez un montant maximum chaque année et l'administration fiscale vous rembourse une partie de ce montant. Vous pouvez épargner pour votre retraite de deux manières : via votre banque (fonds d'épargne-pension - en d'autres termes, un investissement) ou via un assureur (assurance épargne-pension). Dans le passé, le rendement sur la période totale d'épargne était plus élevé si vous aviez opté pour la formule bancaire.Aujourd'hui, l'épargne-pension via la banque est très prisée, car votre rendement est lié à la bourse. En cette période de crise économique, de nombreux épargnants sont donc inquiets et se posent un certain nombre de questions.Selon Febelin : Le produit de votre épargne-pension, s'il n'est pas couvert par un contrat d'assurance, est lié au marché boursier. Comme les marchés boursiers se portent moins bien en ce moment, cela aura probablement un impact négatif sur votre fonds de pension.Mais rien ne vous oblige à récupérer votre investissement immédiatement si vous avez 65 ans. Vous pouvez donc laisser le placement en l'état pendant un certain temps et retirer le montant plus tard, lorsque la bourse aura repris des couleurs.Bien sûr. Vous pouvez toujours mettre ces paiements en attente. Même si vous effectuez des paiements mensuels. Il vous suffit d'en informer votre banque. Vous pouvez également choisir de déposer un montant inférieur au montant maximum. Ce montant maximum en 2020 est de 990 euros (réduction d'impôt de 30 %) ou de 1 270 euros (réduction d'impôt de 25 %).C'est possible, mais ce n'est pas conseillé. Parce que vous allez payer beaucoup de taxes dessus. Les autorités fiscales prélèvent en effet une taxe de 33 % lors de ce type de transfert. Il est donc préférable de laisser votre argent où il est et d'ouvrir un nouveau contrat d'assurance. Mais pour bénéficier du régime fiscal le plus favorable, retenez que chaque contrat doit "exister" pendant au moins 10 ans. (Source : abcassurances.be)