Ces derniers parviennent à remettre, dans une forme active d'insertion, 32% de leur public total. Concrètement, au 1er janvier 2019, plus de 25.000 personnes étaient mises à l'emploi (6.899 personnes), aux études (12.664 personnes) ou en formation (5.831 personnes) par les CPAS régionaux.

Les chiffres montrent toutefois une baisse des mises à l'emploi auprès de partenaires privés, la réforme des aides à l'emploi de 2017 ayant freiné les possibilités d'engagements de bénéficiaires du CPAS par le secteur privé. Quant à la réforme du Plan formation-insertion (PFI) de 2019, elle reste "très complexe" à mettre en oeuvre sur le terrain, souligne la Fédération des CPAS wallons.

"Au-delà de l'insertion par l'instruction ou l'emploi, les CPAS veillent également à l'insertion sociale des personnes. Cette mission souvent méconnue est essentielle pour remettre du lien entre les gens de manière générale, et pour permettre aux personnes que la précarité a isolées de retrouver une place dans la société", ajoute-t-elle.

En 2017, les CPAS wallons sont ainsi intervenus plus de 220.000 fois auprès de leurs bénéficiaires pour soutenir leur participation à des activités sociales ou culturelles, "soit plus de 600 interventions par jour, tous les jours de la semaine".

"Quand on connaît le contexte dans lequel doivent survivre les CPAS - dont l'emploi a progressé de 12% en 10 ans alors que le nombre de bénéficiaires a bondi de 66% durant la même période, ndlr -, ces données relatives à l'insertion relèvent de l'exploit", conclut la fédération.

Ces derniers parviennent à remettre, dans une forme active d'insertion, 32% de leur public total. Concrètement, au 1er janvier 2019, plus de 25.000 personnes étaient mises à l'emploi (6.899 personnes), aux études (12.664 personnes) ou en formation (5.831 personnes) par les CPAS régionaux. Les chiffres montrent toutefois une baisse des mises à l'emploi auprès de partenaires privés, la réforme des aides à l'emploi de 2017 ayant freiné les possibilités d'engagements de bénéficiaires du CPAS par le secteur privé. Quant à la réforme du Plan formation-insertion (PFI) de 2019, elle reste "très complexe" à mettre en oeuvre sur le terrain, souligne la Fédération des CPAS wallons. "Au-delà de l'insertion par l'instruction ou l'emploi, les CPAS veillent également à l'insertion sociale des personnes. Cette mission souvent méconnue est essentielle pour remettre du lien entre les gens de manière générale, et pour permettre aux personnes que la précarité a isolées de retrouver une place dans la société", ajoute-t-elle. En 2017, les CPAS wallons sont ainsi intervenus plus de 220.000 fois auprès de leurs bénéficiaires pour soutenir leur participation à des activités sociales ou culturelles, "soit plus de 600 interventions par jour, tous les jours de la semaine"."Quand on connaît le contexte dans lequel doivent survivre les CPAS - dont l'emploi a progressé de 12% en 10 ans alors que le nombre de bénéficiaires a bondi de 66% durant la même période, ndlr -, ces données relatives à l'insertion relèvent de l'exploit", conclut la fédération.