Les pensions de salariés et celles des fonctionnaires présentent des différences sur plusieurs plans. Après les vacances de Pâques, le ministre des pensions Vincent Van Quickenborne et le secrétaire d'état à la fonction publique Hendrik Bogaert présenteront au gouvernement un plan qui permet aux fonctionnaires de travailler après leur 65e anniversaire, comme peuvent le faire les salariés et les indépendants. Jusqu'à présent, les fonctionnaires sont en effet obligés de prendre leur pension à 65 ans. Cette mesure qui date de 1927 a récemment encore été l'objet de discussions à l'occasion du départ à Londres du professeur Paul Degrauwe parce que l'université belge à laquelle il était attaché devait le pensionner.

Dans le secteur privé : pas de licenciement, pas de pension

Dans le secteur privé, la règle veut que celui qui souhaite prendre sa pension doit être licencié. Il faut en effet mettre un terme au contrat de travail. Mais on applique des délais de préavis réduits quand un travailleur est licencié pour raison de pension. Tant que le licenciement n'est pas signifié, le contrat de travail se poursuit. Quelqu'un qui voudrait (si on ose dire ) travailler jusqu'à ses 100 ans, le pourrait donc (du moins tant que son employeur ne prend pas la décision de le licencier). Si vous voulez continuer à travailler après vos 65 ans, vous devez toutefois en informer l'Office national des pensions, sinon celui-ci vous accordera d'office la pension à 65 ans.

Il peut être important de pouvoir continuer à travailler après 65 ans pour ajouter des années à sa carrière. Nos pensions sont en effet toujours calculées sur 45 ans de carrière. Une carrière complète de 45 ans donne un montant de pension x 45/45 ((ce que l'on appelle " unité de carrière). Si, à 65 ans, vous ne totalisez pas 45 ans de carrière, vous pouvez continuer à travailler pour vous approcher le plus possible de l'unité de carrière. Si vous comptez plus de 45 ans de carrière, vous perdez actuellement les années excédentaires pour le calcul de votre pension. Mais il devrait y avoir du changement (voir plus loin).

Pour les fonctionnaires : le service public décide

Si gouvernement adopte le plan présenté, les fonctionnaires fédéraux pourront, eux aussi, travailler après 65 ans et donc se constituer des droits de pension supplémentaires. Cela vaudrait en principe aussi pour les fonctionnaires des autres services publics, mais ce serait au service concerné à prendre la décision. Chaque année, la direction du service devrait évaluer la capacité du l'employé à continuer son travail.

A partir du 1er janvier 2013: fin de l'unité de carrière

Actuellement, une carrière compte 45 années maximum. Travailler plus longtemps ne vous donne pas droit à un supplément de pension. Mais pour le calcul de votre pension, il sera tenu comptes des meilleures années (ce sont donc les années aux revenus les plus bas qui seront écartées). Comme l'idée d'unité de carrière commence à être dépassée, les années au-delà de 45 ans devraient donner droit à un supplément de pension dès le 1er janvier 2013.

Les pensions de salariés et celles des fonctionnaires présentent des différences sur plusieurs plans. Après les vacances de Pâques, le ministre des pensions Vincent Van Quickenborne et le secrétaire d'état à la fonction publique Hendrik Bogaert présenteront au gouvernement un plan qui permet aux fonctionnaires de travailler après leur 65e anniversaire, comme peuvent le faire les salariés et les indépendants. Jusqu'à présent, les fonctionnaires sont en effet obligés de prendre leur pension à 65 ans. Cette mesure qui date de 1927 a récemment encore été l'objet de discussions à l'occasion du départ à Londres du professeur Paul Degrauwe parce que l'université belge à laquelle il était attaché devait le pensionner.Dans le secteur privé, la règle veut que celui qui souhaite prendre sa pension doit être licencié. Il faut en effet mettre un terme au contrat de travail. Mais on applique des délais de préavis réduits quand un travailleur est licencié pour raison de pension. Tant que le licenciement n'est pas signifié, le contrat de travail se poursuit. Quelqu'un qui voudrait (si on ose dire ) travailler jusqu'à ses 100 ans, le pourrait donc (du moins tant que son employeur ne prend pas la décision de le licencier). Si vous voulez continuer à travailler après vos 65 ans, vous devez toutefois en informer l'Office national des pensions, sinon celui-ci vous accordera d'office la pension à 65 ans.Il peut être important de pouvoir continuer à travailler après 65 ans pour ajouter des années à sa carrière. Nos pensions sont en effet toujours calculées sur 45 ans de carrière. Une carrière complète de 45 ans donne un montant de pension x 45/45 ((ce que l'on appelle " unité de carrière). Si, à 65 ans, vous ne totalisez pas 45 ans de carrière, vous pouvez continuer à travailler pour vous approcher le plus possible de l'unité de carrière. Si vous comptez plus de 45 ans de carrière, vous perdez actuellement les années excédentaires pour le calcul de votre pension. Mais il devrait y avoir du changement (voir plus loin).Si gouvernement adopte le plan présenté, les fonctionnaires fédéraux pourront, eux aussi, travailler après 65 ans et donc se constituer des droits de pension supplémentaires. Cela vaudrait en principe aussi pour les fonctionnaires des autres services publics, mais ce serait au service concerné à prendre la décision. Chaque année, la direction du service devrait évaluer la capacité du l'employé à continuer son travail. Actuellement, une carrière compte 45 années maximum. Travailler plus longtemps ne vous donne pas droit à un supplément de pension. Mais pour le calcul de votre pension, il sera tenu comptes des meilleures années (ce sont donc les années aux revenus les plus bas qui seront écartées). Comme l'idée d'unité de carrière commence à être dépassée, les années au-delà de 45 ans devraient donner droit à un supplément de pension dès le 1er janvier 2013.