Le saviez-vous ? En Wallonie, il existe une assurance contre la perte des revenus

31/10/18 à 11:30 - Mise à jour à 11:47

Source: Plusmagazine

Les habitants de la Région wallonne bénéficient gratuitement d'une assurance pour rembourser partiellement leur prêt hypothécaire en cas de licenciement ou de maladie. Paradoxe : ils sont rares à y souscrire.

Le saviez-vous ? En Wallonie, il existe une assurance contre la perte des revenus

© Getty Images/iStockphoto

Les Wallons qui contractent un prêt hypothécaire pour acheter ou construire un logement peuvent bénéficier d'une assurance contre la perte de revenus. L'objectif ? Protéger les acheteurs contre les aléas de la vie et le marché du travail. La protection peut atteindre 9.000 € par an (limité à trois années). Le contrat ne couvre que les huit premières années du prêt. Le remboursement intervient en cas de perte involontaire d'un emploi ou en cas d'incapacité de travail. Les bénéficiaires doivent posséder un contrat de travail à durée indéterminée ou être indépendants à titre principal. Ils s'engagent à occuper le logement.

Cette assurance perte de revenu est totalement gratuite. Mais, paradoxalement, elle est largement méconnue. "Seulement 2.000 dossiers sont introduits par an alors que l'on connaît la difficulté d'acquérir mais aussi de conserver un logement", déplore la ministre du Logement, Valérie De Bue. C'est pourquoi le Gouvernement wallon a adopté un projet d'arrêté réformant l'assurance contre le risque de perte de revenus.

Ce qui change ? Jusqu'à présent, pour pouvoir bénéficier de cette assurance lors de l'achat d'un logement, des travaux de rénovation pour un montant minimal de 7.500 € devaient être réalisés. Cette condition est supprimée. Car, "il est de plus en plus difficile de pouvoir financer des travaux directement après l'achat d'un logement." Les délais sont également allongés. Les ménages wallons auront à l'avenir une année au lieu de 6 mois après la passation de l'acte de prêt pour introduire leur demande. Les montants de l'intervention de l'assurance ont également été réévalués pour passer à une intervention annuelle maximale de 9.000 € (contre 6.200 € aujourd'hui). Le plafond maximal d'intervention passe ainsi à 27.000 €.

En savoir plus sur:

Nos partenaires