Crédit revolving, payer ses pâtes à crédit ?

Vous achetez un téléviseur et le vendeur vous propose la carte de crédit du magasin ? C'est du crédit revolving. Le crédit revolving est un crédit permanent qui peut accentuer le surendettement.

Six employeurs sur dix prêts à introduire un budget mobilité

Six employeurs sur dix prévoient de proposer un budget mobilité à leurs travailleurs, selon une enquête du prestataire RH Acerta. "Plus de la moitié des travailleurs sont prêts à échanger leur voiture contre de l'argent, une voiture plus respectueuse de l'environnement ou des vacances supplémentaires", explique Acerta.

Les plans de paiement pour les impôts sont en hausse

L'an dernier; 190.668 Belges ont bénéficié d'un plan de paiement pour leurs impôts, soit bien plus qu'en 2016, où "à peine" 139.263 contribuables avaient bénéficié de cette facilité, ressort-il des chiffres de l'administration fiscale, cités dans L'Echo mardi.

Vivre plus longtemps, notre défi financier

L'espérance de vie ne cesse de s'allonger. C'est une bonne nouvelle, mais cela pose de nouveaux défis au niveau de la manière dont nous organisons nos vies et, plus largement, notre société.

Le remboursement des applications médicales se fait attendre

En Belgique, les patients ne peuvent toujours pas bénéficier d'un remboursement pour les applications médicales, relèvent mercredi De Tijd et L'Echo. L'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) l'a pourtant promis à plusieurs reprises.

Les coffres sont-ils réellement inviolables ?

Quand on place ses objets de valeur dans un coffre à la banque, on les croit en parfaite sécurité. Mais, en cas de vol ou de dégradation, est-on indemnisés ? Et comment un coffre de banque est-t-il inventorié après un décès ?"

S'investir dans le vignoble belge ?

Si la viticulture a le vent en poupe en Belgique, tout le monde n'a pas les moyens d'y placer son argent. A moins de passer par une coopérative.

L'origine sociale creuse les inégalités de santé

Les citoyens belges les plus pauvres présentaient en 2016 un risque de mortalité de 22% supérieur à celui de la population générale, ressort-il des chiffres de l'Agence intermutualiste, regroupant sept mutualités nationales. Par rapport aux tranches de population les plus aisées, le risque de mortalité est de 56% supérieur, relève Le Soir mardi.