Elles font partie des règlements européens qui contribuent à coordonner l'application des différents systèmes de sécurité sociale au sein de l'UE et définissent, par exemple, le pays où les cotisations sociales sont dues ou encore l'Etat membre qui prend les frais médicaux en charge.

1. Si vous faites partie des 37.500 pensionnés belges qui vivent dans un autre Etat membre de l'UE et rendez visite à votre famille en Belgique, vous n'avez droit - pour quelques jours encore - qu'aux soins médicaux urgents. A partir du 1er mai, cela change : vous pourrez utiliser votre carte SIS et vous aurez droit, en Belgique, à tous les soins médicaux sans exception, comme tous les assurés belges. Adressez-vous à votre mutualité pour faire réactiver votre carte SIS ou en demander une nouvelle.

Autre changement : si comptez prendre des vacances dans un Etat membre autre que celui où vous résidez, vous devez - à partir de ce même 1er mai - demander votre Carte européenne d'assurance maladie (CEAM) à votre mutualité belge et non plus dans le pays européen de résidence.

2. Les droits des anciens travailleurs frontaliers sont également étendus. Dans les régions frontalières avec les Pays-Bas, la France, l'Allemagne et le Luxembourg, beaucoup traversent chaque jour la frontière pour aller travailler dans le pays voisin et inversement. Si vous avez travaillé au moins 2 ans comme travailleur frontalier pendant les 5 dernières années précédant votre pension, vous conserverez - à vie - un droit à tous les soins médicaux dans votre ancien pays de travail. C'est en tout cas vrai pour les frontaliers avec la France, l'Allemagne ou le Luxembourg. Mais les Pays-Bas n'ont pas voulu reconnaître ce droit et les frontaliers de la région frontalière belgo-néerlandaise n'en bénéficieront donc pas.

Elles font partie des règlements européens qui contribuent à coordonner l'application des différents systèmes de sécurité sociale au sein de l'UE et définissent, par exemple, le pays où les cotisations sociales sont dues ou encore l'Etat membre qui prend les frais médicaux en charge. 1. Si vous faites partie des 37.500 pensionnés belges qui vivent dans un autre Etat membre de l'UE et rendez visite à votre famille en Belgique, vous n'avez droit - pour quelques jours encore - qu'aux soins médicaux urgents. A partir du 1er mai, cela change : vous pourrez utiliser votre carte SIS et vous aurez droit, en Belgique, à tous les soins médicaux sans exception, comme tous les assurés belges. Adressez-vous à votre mutualité pour faire réactiver votre carte SIS ou en demander une nouvelle. Autre changement : si comptez prendre des vacances dans un Etat membre autre que celui où vous résidez, vous devez - à partir de ce même 1er mai - demander votre Carte européenne d'assurance maladie (CEAM) à votre mutualité belge et non plus dans le pays européen de résidence. 2. Les droits des anciens travailleurs frontaliers sont également étendus. Dans les régions frontalières avec les Pays-Bas, la France, l'Allemagne et le Luxembourg, beaucoup traversent chaque jour la frontière pour aller travailler dans le pays voisin et inversement. Si vous avez travaillé au moins 2 ans comme travailleur frontalier pendant les 5 dernières années précédant votre pension, vous conserverez - à vie - un droit à tous les soins médicaux dans votre ancien pays de travail. C'est en tout cas vrai pour les frontaliers avec la France, l'Allemagne ou le Luxembourg. Mais les Pays-Bas n'ont pas voulu reconnaître ce droit et les frontaliers de la région frontalière belgo-néerlandaise n'en bénéficieront donc pas.