1. Prendre congé pour raisons impérieuses

Également connu sous le nom de congé familial ou de congé social, ce congé permet au travailleur de s'absenter en cas d'événement imprévisible et indépendant du travail qui requiert son intervention urgente et indispensable. Cet événement le rend temporairement incapable d'exécuter son contrat de travail.

Il peut s'agir par exemple de dommages matériels graves causés aux biens du travailleur par un incendie ou une catastrophe naturelle. Toutefois, les employeurs et les travailleurs peuvent, d'un commun accord, considérer d'autres événements comme une raison impérieuse.

Vous ne pouvez pas prendre plus de 10 jours ouvrables de congé pour raisons impérieuses par année calendrier. Ce plafond de 10 jours ouvrables s'applique à la fois aux temps plein et temps partiel. Le plafond n'est donc pas recalculé au prorata pour les travailleurs à temps partiel.

Le congé pour raisons impérieuses n'est en principe pas rémunéré.

2. Utiliser des jours de congé ou repos compensatoire

Il vous reste des jours de congé à prendre cette année? Peut-être pouvez-vous les utiliser pour couvrir votre absence prolongée. Le congé extra-légal peut également être une solution.

3. Suspendre son contrat pour cause de force majeure

Si vous êtes temporairement dans l'incapacité d'exécuter votre contrat de travail pour cause de force majeure, la force majeure suspend temporairement l'exécution de votre contrat de travail. Pendant cette suspension, vous êtes absent du travail sans droit au salaire. Toutefois, vous pouvez prétendre, sous certaines conditions, à des allocations de chômage temporaire de l'ONEM.

La force majeure est établie lorsque les conditions suivantes sont réunies :

  • l'événement ne peut être imputable ni à l'employeur ni au travailleur ;
  • l'événement doit échapper à toute prévision normale ;
  • l'événement doit constituer un obstacle insurmontable pour l'employeur et pour le travailleur empêchant la poursuite de l'exécution du contrat de travail.

Si vous êtes complètement bloqué sur votre lieu de vacances pendant un certain temps en raison de conditions météorologiques extrêmes, les deux premières conditions seront normalement remplies. Quant à la troisième condition, tout est une question de faits. En l'occurrence, il incombe de déterminer si les intempéries constituent un obstacle imprévisible et insurmontable pour que vous ne repreniez votre travail à temps, ou s'il existe encore d'autres solutions pour que vous puissiez rentrer chez vous, même si c'est plus difficile ou plus coûteux.

4. Faire une demande pour du télétravail occasionnel

Si vous êtes temporairement dans l'incapacité d'exécuter votre contrat de travail sur votre lieu de travail habituel pour cause de force majeure, mais que vous êtes en mesure de travailler à distance sur le plan technique et pratique, le télétravail occasionnel pour cause de force majeure peut également être envisagé.

Vous devez en faire la demande à l'avance, en motivant votre demande. Votre employeur n'est néanmoins pas obligé d'accéder à cette demande.

Source: Acerta

Également connu sous le nom de congé familial ou de congé social, ce congé permet au travailleur de s'absenter en cas d'événement imprévisible et indépendant du travail qui requiert son intervention urgente et indispensable. Cet événement le rend temporairement incapable d'exécuter son contrat de travail.Il peut s'agir par exemple de dommages matériels graves causés aux biens du travailleur par un incendie ou une catastrophe naturelle. Toutefois, les employeurs et les travailleurs peuvent, d'un commun accord, considérer d'autres événements comme une raison impérieuse.Vous ne pouvez pas prendre plus de 10 jours ouvrables de congé pour raisons impérieuses par année calendrier. Ce plafond de 10 jours ouvrables s'applique à la fois aux temps plein et temps partiel. Le plafond n'est donc pas recalculé au prorata pour les travailleurs à temps partiel.Le congé pour raisons impérieuses n'est en principe pas rémunéré. Il vous reste des jours de congé à prendre cette année? Peut-être pouvez-vous les utiliser pour couvrir votre absence prolongée. Le congé extra-légal peut également être une solution.Si vous êtes temporairement dans l'incapacité d'exécuter votre contrat de travail pour cause de force majeure, la force majeure suspend temporairement l'exécution de votre contrat de travail. Pendant cette suspension, vous êtes absent du travail sans droit au salaire. Toutefois, vous pouvez prétendre, sous certaines conditions, à des allocations de chômage temporaire de l'ONEM.La force majeure est établie lorsque les conditions suivantes sont réunies :Si vous êtes complètement bloqué sur votre lieu de vacances pendant un certain temps en raison de conditions météorologiques extrêmes, les deux premières conditions seront normalement remplies. Quant à la troisième condition, tout est une question de faits. En l'occurrence, il incombe de déterminer si les intempéries constituent un obstacle imprévisible et insurmontable pour que vous ne repreniez votre travail à temps, ou s'il existe encore d'autres solutions pour que vous puissiez rentrer chez vous, même si c'est plus difficile ou plus coûteux.Si vous êtes temporairement dans l'incapacité d'exécuter votre contrat de travail sur votre lieu de travail habituel pour cause de force majeure, mais que vous êtes en mesure de travailler à distance sur le plan technique et pratique, le télétravail occasionnel pour cause de force majeure peut également être envisagé.Vous devez en faire la demande à l'avance, en motivant votre demande. Votre employeur n'est néanmoins pas obligé d'accéder à cette demande.Source: Acerta