Billets, cartes et coordonnées bancaires... Voilà le butin des malfaiteurs qui piègent les distributeurs de billets. Aujourd'hui, les données contenues dans la piste magnétique d'une carte (nom, numéro, date d'expiration et les trois chiffres au dos de la Visa) sont aussi convoitées que la carte elle-même. Et pour cause: des malfaiteurs subtilisent ces informations pour acheter des objets sur internet, puis les revendre. Ces coordonnées peuvent aussi servir à fabriquer une fausse carte identique à l'originale. En pratique, quelles sont les méthodes employées par les malfrats?

Les techniques de fraude

  • Le skimming consiste à placer sur le distributeur un mini-lecteur (le "skimmer", écrémeuse en anglais) qui recouvre la fente où l'on glisse la carte. Cet appareil discret est capable de copier la piste d'une carte. Pendant ce temps, une mini-caméra posée en haut du distributeur filme le code composé sur le clavier. Variante: un faux clavier, placé sur le vrai, enregistre le code secret.
  • Le cash trapping, ou piège à liquidités, est une technique plus simple. Il s'agit d'obstruer la trappe à billets avec une petite barre. Le malfaiteur récupère l'argent dès que la personne, pensant que la machine est en panne, part chercher de l'aide.
  • Le card trapping, ou piège à carte, est une méthode qui bloque la carte dans le distributeur. Pendant que l'usager compose son code, un malfaiteur situé derrière ou à côté de lui observe sa main. Le voleur débloque la carte dès que l'usager entre dans la banque pour demander du secours.
  • Encore plus simple: un escroc peut observer le code composé, puis poser une question ou demander de l'aide à la personne qui retire les billets afin de capter son attention. Pendant ce temps, un comparse subtilise la carte ressortie de la machine.

La bonne attitude

  • Choisir son distributeur. Il est préférable d'utiliser les machines situées à l'intérieur des agences bancaires.
  • Rester vigilant. Vérifiez que personne n'épie vos gestes par-dessus votre épaule ou à côté de vous.
  • Toujours cacher la main qui compose le code avec la main libre. Refuser tout net de répondre à la moindre question ou au moindre commentaire susceptible de vous distraire.
  • Ne jamais confier sa carte à un inconnu et apprendre son code par coeur. Rappelons qu'il ne faut surtout pas écrire son code sur un papier ou un carnet rangé dans son sac.

La gommette, une valeur sûre!

Pour payer dans les commerces et restaurants, introduisez vous-même votre carte dans le terminal de paiement et composez votre code à l'abri des regards. Là aussi, vous pouvez couvrir la main qui compose le code. Important: apprenez par coeur les trois chiffres figurant au dos de votre carte Visa et masquez-les en collant par-dessus une gommette.

Auteur : Laurence Le Dren (NT-F.com)