Six Belges sur dix ne préparent pas leur vie de pensionné

12/12/12 à 11:48 - Mise à jour à 11:48

Six Belges sur dix ne préparent pas leur vie après la retraite principalement parce qu'ils estiment que c'est anticipé de le faire quand on n'est pas encore retiré de la vie professionnelle. La première préoccupation des Belges qui préparent leurs vieux jours est le confort financier suivi de la santé. C'est ce qui ressort d'un sondage commandé par la Fondation Roi Baudouin.

Cet argument du "trop tôt " est plus avancé par les 40-59 ans, les Belges qui ont un bon état de santé, ceux qui ont déjà un certain confort financier et ceux dont les parents sont encore en vie.

Quels que soient l'âge, le sexe, la région ou la classe sociale, pour neuf Belges sur dix, bien préparer sa vie après la retraite signifie d'abord de s'assurer des revenus suffisants ; ensuite de préserver sa santé et avoir des activités de loisir ; puis habiter à proximité de commerces, de transports publics et de services de soins de santé ; avoir un logement adapté pour quand on sera moins valide ; régler sa succession . Pour deux sondés sur trois, informer ses proches de ses choix pour ses dernières années de vie doit faire partie des éléments de préparation à la vie après la retraite.

Le confort financier à la retraite est recherché via la souscription d'une épargne-pension ou d'une assurance-vie et via l'accession à la propriété (de son logement), selon l'enquête. Et pour arriver à garder la santé, les Belges qui préparent leurs vieux jours consultent régulièrement leur médecin traitant, surveillent leur alimentation, constituent un dossier médical global, ont des activités de loisirs et font de l'exercice physique.

D'après le sondage, seuls 38% des 40-75 ans préparent personnellement leur retraite, les Flamands étant plus prévoyants (quatre sur dix) que les Wallons et les Bruxellois (trois sur dix).

Près de neuf Belges sur dix sont demandeurs d'aides à la discussion. Ces aides peuvent revêtir différentes formes : un guide du retraité proposé à chaque personne qui prend sa pension ainsi qu'à ses proches, un numéro d'appel gratuit unique pour tout le pays où on peut se renseigner et recevoir des conseils, des brochures disponibles dans les endroits fréquentés par tous ou encore des séances d'information dans les entreprises.

Un millier de personnes, âgées de 40 à 75 ans, ont été interrogées du 25 octobre au 8 novembre 2012 : 405 en Flandre, 402 en Wallonie et 202 à Bruxelles.

Nos partenaires