Le caviar, c'est bon. Le caviar légal, c'est mieux

10/12/14 à 13:46 - Mise à jour à 13:46

Aaaah les fêtes ! Les décos, les cadeaux, les bulles, le foie gras et le caviar ! Mais pas n'importe quel caviar. Celui qu'on achète en toute légalité, sans porter atteinte à Dame Nature !

Mais pourquoi acheter du caviar légal ? Et lequel est illégal ? Le caviar est un aliment élaboré à partir d'oeufs d'esturgeon, ce poisson peuplant exclusivement l'hémisphère nord. Ces poissons appartiennent à l'une des plus anciennes familles de poissons osseux encore vivantes. Malheureusement, ils sont pour la plupart aujourd'hui menacés dans la nature. Plusieurs espèces, dont le beluga de la Mer Caspienne, sont même considérées comme " en danger critique " par la Convention sur le commerce international des espèces menacées (CITES). Le beluga, avec une taille pouvant atteindre plus de 7 mètres pour un poids de près de 2000 kg, est le plus gros poisson d'eau douce. Il est très convoité pour ses oeufs, d'autant plus qu'il est doté d'une grande espérance de vie - 118 ans ! - et qu'il arrive à maturité assez tardivement (18 ans).

Aquaculture

Les esturgeons font l'objet d'un braconnage intensif même si la CITES les protège depuis 1998, ainsi que leurs cousins américains appelés polyodons. Elle a imposé un moratoire sur les exportations de caviar d'origine sauvage, il y a déjà plusieurs années. Ces interdictions et l'épuisement des stocks d'esturgeons d'origine sauvage ont favorisé le développement de l'aquaculture des esturgeons en Europe et dans le monde. Aujourd'hui, la quasi-totalité du caviar commercialisé légalement en Belgique et dans l'Union européenne provient de cette source. Acheter ce caviar légal ne fait donc peser aucune menace sur les esturgeons sauvages. De plus, la qualité du caviar d'élevage a considérablement augmenté ces dernières années. Les entreprises préfèrent dès lors acheter ce caviar plutôt que celui provenant des rares sources d'origine sauvage autorisées (Etats-Unis, Canada) qui est plus onéreux.

Pour être sûr de son achat

Vous l'aurez compris, le commerce de caviar est strictement réglementé. Pour être certain d'acheter du caviar en toute légalité, le mieux est de s'approvisionner dans un supermarché ou un magasin spécialisé. Il se présente conditionné en boîtes scellées individuellement et dispose d'une étiquette inamovible présentant une série de codes attestant de sa traçabilité. Evidemment, le caviar légal coûte cher. Evitez toutefois de le commander bon marché sur internet. Souvent, ce caviar proposé à bas prix n'est pas du vrai caviar, mais il est constitué d'oeufs d'autres poissons, voire de chair de poissons ou de toute autre substance de nature indéterminée réduite en grains ! Les risques pour votre santé sont donc réels.

Achat hors UE

Si vous achetez du caviar hors de l'UE, il ne pourra entrer légalement sur le territoire européen qu'accompagné de documents délivrés au titre de la CITES. Ces documents coûtent cher et demandent un temps de délivrance conséquent. S'ils n'accompagnent pas votre commande, le caviar sera saisi par les douanes à l'entrée de l'Union et vous risquez une amende conséquente. Autre exemple : vous commandez du caviar de Russie par internet. Pour entrer légalement dans l'UE, la Russie devra délivrer un permis d'exploitation, dont vous devrez ensuite envoyer une copie au service CITES en Belgique pour obtenir un permis d'importation. En tant que particulier, vous devez aussi vous affranchir de taxes d'importation qui peuvent s'élever jusqu'à 40% de la valeur d'achat du caviar ! Si vous désirez ramener du caviar d'un de vos voyages en dehors de l'Union européenne, les règles sont les mêmes : vous devez disposer des documents CITES pour importer le produit. Une exception toutefois : la législation autorise une exemption pour le caviar destiné à la consommation privée, avec un maximum de 125 grammes par personne. Dans ce cas, les documents CITES ne sont pas nécessaires. Mais les boîtes doivent quand même être scellées et disposer de la fameuse étiquette inamovible mentionnant le code CITES.

Jusqu'à 50.000? d'amende

Les infractions à la législation CITES sont punies par la loi et les amendes peuvent atteindre 50.000 euros. Des peines de prison sont également possibles, allant de 6 mois à 5 ans. Le caviar est un produit de luxe, symbole de finesse, mais il ne vaut sans quand même pas la peine d'aller passer son temps en prison! Vous voilà devenus des consommateurs avertis ; il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter une bonne dégustation !

Pour plus d'infos : Service CITES cites@environnement.belgique.be 02 524 74 06 ou 01

Nos partenaires