La Wallonie veut favoriser le covoiturage

17/02/14 à 14:27 - Mise à jour à 14:27

Si le covoiturage semble être une bonne solution pour limiter les frais de voiture et la saturation des routes, relativement peu de personnes osent franchir le pas. Pour diminuer les craintes et faciliter la vie des candidats au covoiturage, la Wallonie va mettre en place deux nouvelles mesures.

La Wallonie veut favoriser le covoiturage

© Getty Images/Fuse

Si vous êtes navetteur, vous connaissez la rengaine : tous les jours, matin et soir, vous voilà perdu au milieu des bouchons, rongeant votre volant. Une épreuve fatigante, en plus d'une journée de travail, qui met parfois les nerfs à rude épreuve ! Il suffirait pourtant de peu de choses pour fluidifier le trajet : plusieurs études montrent que la plupart des véhicules faisant la navette domicile-travail ne sont occupés que par une seule personne. Partager une voiture avec un autre navetteur (" covoiturer ") contribue donc à diminuer la saturation des routes.

Et ce n'est pas le seul avantage du covoiturage : il permet aussi de partager les frais d'essence, rend le voyage plus convivial et diminue la fatigue des trajets si chacun conduit à tour de rôle. Actuellement, 52.000 travailleurs wallons (soit 4% des personnes actives en Wallonie) covoiturent régulièrement. Un chiffre qui pourrait être revu à la hausse, pour autant que certaines inquiétudes ou difficultés soient aplanies.

Loterie et parkings improvisés

C'est qu'il n'est pas toujours facile de se lancer dans le partage d'un véhicule : il faut d'abord connaître une personne ayant le même point de départ et la même destination. De plus, partager l'habitacle avec quelqu'un deux fois par jour et cinq jours par semaine est forcément synonyme d'interactions sociales. A ce niveau, se lancer dans le covoiturage avec un(e) presque inconnu(e) s'apparente à une loterie : rien ne vous permet de savoir si vous trouverez des atomes crochus à votre compagnon de route.

Enfin, il faut encore trouver un point et une heure de rendez-vous pour prendre en charge le covoitureur (ou se faire prendre en charge), si possible à proximité d'une bretelle d'autoroute. Une zone ou les places de stationnement font souvent défaut, à tel point que certains n'hésitent plus à se garer sur la bande d'arrêt d'urgence de la bretelle !

Deux nouveaux outils

Consciente de ces problèmes, la Wallonie disposera bientôt de deux nouveaux outils pour faciliter le covoiturage : des places de parking dédiées et une application mobile.

En collaboration avec les magasins Décathlon, Equilis et Cora, la Région vient de mettre en place 143 places de stationnement exclusivement dédiées au covoiturage, avec une signalétique spécifique, sur les parkings de grandes surfaces en périphérie de Namur, Liège, Spy, Maisières et Messancy(1). En cas de succès de cette expérience, 1.500 places privées sur 60 parkings idéalement situés sur le réseau routier devraient être mobilisées (supermarchés, parcs d'attraction, stations-services). " Le mécanisme devrait également être étendu aux pouvoirs publics locaux ", explique-t-on à la Région.

Cette augmentation du nombre de places de parking s'accompagnera du lancement d'une application mobile baptisée Bodji. " Grâce aux technologies GPS et de téléphonie mobile, Bodji permet de rendre le covoiturage pratiquement instantané, facile et peu planifié ", détaille le dossier de présentation. Concrètement, les utilisateurs souhaitant dénicher une place dans une voiture devront s'inscrire en ligne, avant d'encoder d'où ils veulent partir et où il veulent aller. De leur côté, les conducteurs désirant offrir une place dans leur véhicule indiqueront leur itinéraire et heure de départ. Le programme cherchera alors les convergences entre utilisateurs pour proposer des covoiturages optimaux et mettra " covoitureur " et " covoituré " en relation. Histoire d'éviter les mauvaises surprises, les utilisateurs pourront encoder des commentaires pour vanter (ou non) les qualités de leur compagnon de route. Le partage des frais pourra également se faire via l'application, grâce à un paiement en ligne. Bodji devrait entrer en phase de test au courant du mois de mars et sera officiellement lancé dès septembre prochain.


1. Parkings du Décathlon d'Alleur (26 places), Decathlon Namur à Loyers (18), Decathlon Wavre (29), Equilis de Spy (20), Equilis de Maisières (20) et Cora de Messancy (30)

Nos partenaires