Conduite hivernale: 5 conseils pour améliorer la visibilité

12/01/17 à 13:58 - Mise à jour à 14:11

En hiver, les risques d'accidents sur la route augmentent. En plus de pneus hiver (ou quatre saisons) parfois nécessaires, voici 5 conseils pour optimiser la sécurité au volant.

Conduite hivernale: 5 conseils pour améliorer la visibilité

© Getty Images/iStockphoto

La nuit 16 heures par jour, le brouillard, la buée sur les vitres, la pluie, le soleil bas qui éblouit: c'est entre octobre et mars que la vue du conducteur est le plus mise à l'épreuve. Comment y voir clair en hiver?

Adapter la conduite et la vitesse

Si, dans une brume légère, les feux de croisement suffisent, par brouillard épais, les feux de brouillard sont indispensables pour se signaler. Même ceux de l'avant si vous en êtes équipés, car les feux de croisement, conçus pour ne pas éblouir, sont peu visibles de loin.

Reste à adapter sa conduite, et d'abord sa vitesse, aux conditions de visibilité. Attention à ne pas trop coller au conducteur de devant, au risque de l'inciter à accélérer pour mettre de la distance, et vous de l'imiter pour ne pas le perdre. Si l'intervalle de sécurité ne permet pas de garder les feux du véhicule précédent à vue, mieux vaut prendre du champ en réduisant sa vitesse.

Laver correctement les vitres

Cela semble une évidence... mais encore faut-il y penser avant de prendre le volant. Des vitres propres sont la condition première d'une meilleure visibilité. D'abord parce que la crasse déposée sur les vitrages par la pollution génère avec le soleil bas ou les lumières du trafic un effet de halo qui gêne la vision.

Ensuite, parce que cette pellicule grasse favorise l'apparition de la buée. Il faut régulièrement nettoyer l'intérieur du pare-brise avec du produit pour les vitres, ainsi que les autres vitrages et les rétroviseurs intérieurs et extérieurs. La climatisation reste le meilleur outil contre la buée, mais sans abuser de la fonction désembuage qui tapisse le pare-brise de la pollution extérieure.

Faire vérifier les phares

La saleté qui s'y dépose diffracte la lumière: les phares éblouissent davantage et éclairent moins. Attention, les vitrages en plastique qui les composent sont fragiles: ne jamais utiliser d'alcool - qui opacifie le polycarbonate - mais uniquement un détergent doux, type liquide vaisselle, et un chiffon propre et détrempé pour ne pas les rayer. Au moindre doute sur l'efficacité de l'éclairage, il faut demander à un professionnel de le régler. Ou changer les ampoules halogènes, qui perdent jusqu'à 30% de leur efficacité en quatre ans.

Changer les balais d'essuie-glaces

Changer de balais d'essuie-glaces au moins tous les deux ans est indispensable: leur caoutchouc se durcit et ils finissent par laisser un film d'eau sur la vitre. Les modèles à double lame sont plus efficaces.

Investir dans de bonnes lunettes de soleil

Elles ne sont pas réservées à l'été et doivent rester à portée de main! Le soleil bas de l'hiver est souvent plus éblouissant qu'aux beaux jours. Pour une cinquantaine d'euros, vous trouverez des modèles à verres polarisants qui atténuent énormément les reflets très éblouissants du soleil sur le bitume mouillé ou la neige.

Auteur : Jean Savary (nt-f.com)

Nos partenaires