Anne Vanderdonckt
Anne Vanderdonckt
Directrice de la rédaction
Opinion

22/12/16 à 07:43 - Mise à jour à 07:43

Ce n'est pas de mon âge !

Pourquoi devrait-on échapper à son époque et ne pas s'y sentir bien ? La recherche du plaisir n'exclut pas le sens du devoir.

Voilà au moins une phrase que vous ne lirez jamais dans ce magazine. A l'heure où des actrices que le temps a sublimées, comme Robin Wright, Nicole Kidman ou Charlotte Rampling posent sans fard pour l'édition 2017 du mythique calendrier Pirelli, démontrant ainsi que la beauté n'a pas de date limite et diffusant largement le message que tout est possible, toujours et encore, la société découvre le phénomène de ce qu'on appelle les quinquados. A savoir des gens qui, à 50+, ont des comportements qui seraient le propre de l'adolescence. Des gens qui jouent aux jeux vidéos ou qui font des selfies et les publient sur les réseaux sociaux ou qui chantent sur du karaoké, qui font du rock, de la moto, qu'on rencontre dans les festivals, qui portent des jeans collants ou qui dansent, qui sortent avec leurs copains parfois beaucoup plus jeunes...Bref qui vivent. Bien dans leur époque.

Et les journalistes de s'étonner. Mais de quoi ? Oublions les exemples excessifs qui illustrent les émissions sur le sujet, ce ne sont là que des exceptions qui ont toujours existé. Avant, cela s'appelait des Peter Pan. Mais pour les autres, la majorité, pourquoi devrait-on abandonner sa façon de vivre et ses passions le jour de ses 50 ans ? Pourquoi nos dates d'anniversaire devraient-elles nous amener à nous draper dans le renoncement ? La génération qui est née aux alentours des années 60 a reçu l'autorisation de s'exprimer, de développer son sens critique et a évolué au rythme des innovations en prenant soin de ne pas se faire larguer. En 1960, le futur quinqua a appris à écrire en trempant une plume dans un encrier. Fin des années 70, il a acheté une machine à écrire électrique. Au début des années 80, un ordinateur. Et aujourd'hui, il tapote allègrement sur son smartphone qui lui sert tout aussi bien de lampe de poche que de moyen de paiement. Tout un chemin ! Ses enfants lui envoient des selfies ? Lui aussi a envie de s'immortaliser devant la tour de Pise sans virer dans le jeunisme. Si cela est ridicule, alors, ce l'est pour tous, et pas davantage lorsqu'on a les cheveux gris.

Pourquoi devrait-on échapper à son époque et ne pas s'y sentir bien ? On peut à la fois être fan de jeux vidéos ou de jeux de rôle et être un citoyen/parent/travailleur responsable. La recherche du plaisir n'exclut pas le sens du devoir. Las, la morale de l'âge continue de planer. Pour illustration ce titre pêché dans un quotidien français à propos de la sortie du dernier et fabuleux album des Rolling Stones dédié au blues : " Ils font enfin de la musique de leur âge ". I said I know it's only rock 'n roll but I like it !

Nos partenaires