Une tomate génétiquement modifiée pour se protéger du cancer

03/02/14 à 13:13 - Mise à jour à 13:13

Des tomates mauves, génétiquement modifiées, orneront peut-être un jour les étals des magasins. Si leur couleur est étonnante, c'est surtout leurs bienfaits sur la santé qui pourraient les rendre célèbres.

Une tomate génétiquement modifiée pour se protéger du cancer

Des chercheurs du centre britannique John Innes ont mis au point ces tomates, contenant un taux élevé d'anthocyane, un pigment antioxydant, indique la radio-télévision britannique BBC. Ce pigment naturel, présent en faible quantité dans les mûres, les bleuets, les prunes, la canneberge ou les tomates classiques, protégerait contre le cancer, les maladies cardiovasculaires et les maladies dégénératives liées à l'âge.

Durée de vie prolongée

Des tests effectués sur des souris élevées pour être sensibles au cancer ont montré qu'elles avaient une durée de vie sensiblement plus longue (30%) lorsque leur alimentation était complétée avec les tomates génétiquement modifiées. La prochaine étape consisterait à tester les tomates transgéniques sur des volontaires humains, selon Cathie Martin, biologiste au John Innes. En cas de réussite, ces tomates pourraient améliorer de manière significative les valeurs nutritionnelles de nombreux aliments, allant du ketchup à la pizza.
Pour avoir un effet bénéfique, l'anthocyane devrait toutefois être consommé en grande quantité. Selon Paul Kroon, du Food Research Institute au Royaume-Uni, même s'il qualifie cette recherche d'importante, il serait faux de supposer que les effets positifs sur la santé des souris vont nécessairement se produire chez l'homme.

Des tests au jus de tomates

Les 1.200 premiers litres de jus de tomates génétiquement modifiées sont cependant déjà prêts pour être utilisés lors des prochaines étapes de la recherche. Les plants de tomates sont cultivés au Canada "où il est plus simple d'obtenir les approbations nécessaires", explique Cathie Martin. Des enquêtes récentes ont démontré le scepticisme des Européens face aux OGM. Trois sur quatre se disent opposés à une alimentation à base d'organisme génétiquement modifié.

Nos partenaires