Teneurs maximales pour le cadmium dans les denrées alimentaires

18/05/14 à 11:24 - Mise à jour à 11:24

Dans la législation européenne sur les contaminants, de nouvelles teneurs maximales ont été ajoutées pour le cadmium dans le chocolat, la poudre de cacao et les aliments spécifiques pour nourrissons et enfants en bas âge. En outre, des teneurs maximales existantes ont été adaptées, notamment pour le poisson et certains légumes.

Dans son avis sur le cadmium de 2009, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) recommandait de diminuer l'exposition de la population européenne. Bien que le risque d'effets néfastes sur les reins à cause du cadmium soit faible, l'EFSA estimait que la marge entre l'exposition via les aliments et la nouvelle norme indicative définie pour la santé était trop réduite. En 2012, l'EFSA publiait en outre une nouvelle estimation d'exposition pour le cadmium. La législation a été adaptée sur la base de toutes ces indications.

Le cadmium est surtout nocif pour les reins. Les effets se manifestent avec l'âge. Le Centre international de recherches sur le cancer (CIRC) a classé le cadmium comme cancérigène. Pour la majorité des adultes non-fumeurs, l'alimentation est la principale source d'exposition.

Le chocolat et la poudre de cacao

Le chocolat et la poudre de cacao ont été inclus dans la législation parce que, en fonction de la teneur en cacao et de l'origine, ils peuvent présenter des concentrations élevées en cadmium. De plus, ces produits contribuent à l'exposition des enfants, qui du fait de leur poids réduit par rapport à leur ingestion d'aliments, présentent la plus forte exposition au cadmium. C'est en raison de cette exposition élevée que l'alimentation spécifique pour nourrissons et enfants en bas âge a également été soumise à une norme.

Les poissons

Pour le poisson, les teneurs maximales existantes ont été revues et adaptées aux valeurs mesurées dans l'UE et réalisables (bonnes pratiques).

Les légumes

La teneur maximale pour le céleri, les panais, les salsifis et le raifort est désormais identique à celle appliquée pour les légumes-feuilles et le céleri-rave. La consommation de ces légumes est certes moins importante, mais comme les légumes-feuilles et le céleri-rave, leur absorption du cadmium est plus élevée.

Les denrées alimentaires qui contribuent le plus à l'exposition au cadmium sont celles qui sont les plus consommées, comme les produits céréaliers et les légumes, pommes de terre comprises. Pour ces produits, des teneurs maximales existent depuis de nombreuses années. Un abaissement des teneurs existantes s'avérait toutefois impossible dans l'entièreté de l'UE.

Evaluation en 2018

La Commission européenne a adressé une recommandation aux États membres visant à stimuler et rechercher davantage des mesures de réduction pour le cadmium dans l'agriculture et dans l'industrie alimentaire. En 2018, la Commission évaluera s'il est possible d'obtenir un abaissement des teneurs maximales existantes pour les denrées alimentaires qui contribuent fortement à l'exposition au cadmium.

Les nouvelles teneurs maximales et celles qui ont été modifiées sont reprises dans le règlement (UE) n° 488/2014 modifiant le règlement (CE) n° 1881/2006 en ce qui concerne les teneurs maximales en cadmium dans les denrées alimentaires. Celui-ci est d'application à dater du 1er juin 2014 pour les modifications, du 1er janvier 2015 pour les nouvelles teneurs maximales pour les aliments pour nourrissons et en bas âge et du 1er janvier 2019 pour les nouvelles teneurs maximales pour le chocolat et la poudre de cacao. Les recommandations de la Commission aux États membres font l'objet de la recommandation de la Commission N° 2014/193/UE .

Les plantes absorbent le cadmium depuis le sol. L'absorption dépend de l'espèce végétale et de certains paramètres du sol comme le degré d'acidité. Le métal peut se retrouver dans le sol en raison d'une pollution (historique), par le biais des précipitations atmosphériques, via les engrais à forte teneur en cadmium ou après des inondations ou une irrigation avec de l'eau polluée.

Nos partenaires