Temps doux en hiver: bonjour le rhume des foins!

08/01/14 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Les trop douces températures que nous connaissons actuellement pour un mois de janvier, et qui durent depuis début décembre déjà, sont peut-être agréables mais elles n'arrangent pas les personnes sujettes au rhume des foins.

Temps doux en hiver: bonjour le rhume des foins!

© Getty Images/iStockphoto

Si vous êtes allergique aux pollens des aulnes et des noisetiers, peut-être en ressentez-vous déjà les premiers effets? Ce "printemps" avant l'heure libère dans l'air les chatons de ces deux arbres bien de chez nous. Air Allergie signale d'ailleurs les premières hautes concentrations de pollens en Belgique pour 2014.

Les pollens allergisants du noisetier, de l'aulne et du bouleau sont traditionnellement les premiers à poser problème dans l'année. Mais l'hiver très (trop) doux que nous connaissons a avancé leur date de circulation. Cela dit, ils ont réussi à se faire prendre de vitesse par des essences non indigènes, en particulier l'aulne du Caucase et l'aulne glutineux, un hybride d'aulne du Caucase et d'aulne du Japon, ultra précoces (dès janvier). Les aulnes blancs et noirs indigènes ne sont pas (encore) si pressés. Leur pollinisation ne commence en principe que mi-février ou début mars.

Pour l'instant, on ne note que de légères hausses de concentrations polliniques en certains endroits du pays, mais si le temps doux et relativement sec se maintient, les experts s'attendent à une forte hausse des cas de rhume des foins. La plupart des aulnes non indigènes ont, heureusement, une courte période de floraison. En général, elle ne dépasse pas quelques jours. Si la floraison coïncide avec un temps pluvieux et venteux, cela contribue à disperser plus rapidement les pollens.

Le noisetier fleurit, lui aussi, de manière précoce en ce début d'année. C'était déjà le cas en 2013. Mais la concentration en pollens du noisetier n'atteint jamais celle de l'aulne. La persistance des cas de rhume des foins dépendra en grande partie de la météo. Si le froid et le gel s'installent de manière tardive, comme on l'a vu l'année passée, le taux de pollen dans l'air diminuera très vite.

www.airallergy.be

Nos partenaires