Produits lights : leurs vrais effets

03/03/10 à 00:00 - Mise à jour à 00:00

L'équation de départ paraît simple: consommer des produits light aide à maigrir. La réalité, elle, est plus compliquée.

En Europe, les fabricants n'ont plus le droit de mentionner des allégations nutritionnelles inexactes ou trompeuses sur leurs produits. L'utilisation du terme " light " est strictement réglementée.

Désormais, pour qu'un produit puisse porter la mention light, il doit remplir les mêmes conditions qu'un produit à " teneur réduite " en graisse ou en sucre, soit 30 % inférieure à celle d'un produit comparable. Pour le sel, ce taux est de 25 %. Mais attention, un produit light qui répond aux exigences légales en matière de sucre peut contenir beaucoup de matières grasses, riches en calories.

Attention aux apparences

Même si un produit répond aux critères de l'appellation light, il n'est pas forcément bon pour la ligne. De nombreux nutritionnistes contestent l'usage des édulcorants, moins caloriques mais qui entretiennent l'appétence pour le sucré. Il est prouvé que le goût des édulcorants entraîne une accoutumance à la saveur sucrée et à l'envie de sucre. Comme le sel, le sucre fait aussi partie des ingrédients des plats préparés. Et des sodas light : certes moins caloriques, ils nous incitent à étancher notre soif avec autre chose que de l'eau.

Le light donne-t-il un sentiment de satiété ?

Les produits light déclenchent la sensation de satiété plus lentement car un édulcorant peu calorique n'alerte pas les centres de satiété du cerveau. Résultat, les produits light avec édulcorant nous font manger plus.

Comment consommer du light intelligemment ?

1. Acheter des produits light contenant vraiment moins de calories et ne pas trop en manger.

2. Tenir compte de tous les types de graisses pour éviter les graisses saturées et trans.

3. Ne pas dépasser la dose journalière recommandée. Absorber trop de sorbitol, par exemple, peut entraîner nausées et diarrhées.

4. Choisir des produits allégés ayant aussi des protéines qui rassasient plus que les glucides et contiennent en outre moins de calories que les graisses : une boule de glace est souvent moins calorique qu'une portion de fromage allégé.

5. Ne pas compenser : consommer des biscuits light n'autorise pas à vider toute la boîte.

Règles en matière d'allégations nutritionnelles

  • Les produits à faible teneur énergétique ne peuvent excéder 40 kcal/100 g pour les produits solides et/ou 20 kcal/100 ml pour les liquides. Les édulcorants de table ne peuvent dépasser 4 kcal/portion, avec un pouvoir sucrant correspondant à 6 g de saccharose (+/- 1 c. à café).
  • Le nombre de calories des produits à valeur énergétique moindre doit être réduit d'au moins 30 %, et les producteurs doivent indiquer comment ils sont parvenus à ce résultat.
  • Pour les produits pauvres en graisses, la teneur en matières grasses ne peut excéder 3g/100g ou 1,5 g/100 ml. Pour les sans matières grasses, le maximum est de 0,5 g/100 g ou 0,5 g/100 ml.
  • Les produits pauvres en sucre ne peuvent en contenir plus de 5 g/100 g ou 2,5 g/100 ml pour les boissons. Sans sucre signifie un maximum de 0,5 g/100 g ou 0,5 g/100 ml.
  • Les fabricants assurant que leur produit ne contient pas de sucres ajoutés ne peuvent adjoindre d'autres éléments sucrant sans les mentionner sur l'étiquette.

Merci à Hilde De Geeter, du Nutrition Information Center (www.nice-info.be).

Nos partenaires