Oubliez la poignée de mains pour vous saluer : trop contagieuse !

30/07/14 à 12:40 - Mise à jour à 12:40

Selon une étude récente, pour éviter les microbes, mieux vaut privilégier un bon " check ", en se cognant les poings, plutôt que la traditionnelle poignée de mains.

Oubliez la poignée de mains pour vous saluer : trop contagieuse !

© Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs de l'université d'Aberystwyth (Pays de Galles, Royaume-Uni) ont démontré que se saluer en se tapant le poing l'un contre l'autre est bien plus hygiénique que se serrer la main. Selon eux, la poignée de mains est dix fois plus contagieuse. Le " check ", ou " first bump " permettrait quant à lui de diminuer de 90% le nombre de germes transmis.

Plusieurs manières de se saluer

Avant de tirer cette conclusion, les scientifiques ont testé différentes manières de se saluer avec les mains. Ils se sont protégé avec des gants en caoutchouc qu'ils avaient préalablement trempés dans des cuves contenant la bactérie E.Coli ( responsable notamment de gastro-entérites, d'infections urinaires ou de méningites). Après l'échange, les gants ont été immergés dans une solution permettant de mesurer le nombre de bactéries transférées lors du contact. Avec le " high five ", main ouverte contre main ouverte, les transmissions bactériennes sont réduites de moitié par rapport à la poignée de mains traditionnelle. Le résultat serait de 90% avec le " first bump ", car le geste est plus rapide et expose une partie plus réduite de la main.

Utile dans les hôpitaux

En 2012, l'Agence de la Santé publique du Canada publiait une étude affirmant que les mains du personnel hospitalier seraient les " surfaces les plus à risque de contamination par des micro-organismes pendant la prestation de soins ". Au vu de ces résultats, le " check " revêt une importance particulière dans ce milieu , où des patients particulièrement affaiblis ne peuvent entrer en contact avec des bactéries ou encore en période d'épidémie de grippe.

Les résultats complets de l'étude de l'université d'Aberystwyth seront publiés dans l'édition du mois d'août de l'American Journal of Infection Control. En attendant, jouez-la comme Barack Obama et frappez-vous les poings ! Yo !

Nos partenaires