Ne souffrez pas trop du décalage horaire: 5 conseils.

14/06/17 à 09:48 - Mise à jour à 15:46

Comment limiter les effets du décalage horaire à l'aller comme au retour d'un voyage en avion? Nos conseils pratiques.

Ne souffrez pas trop du décalage horaire: 5 conseils.

Décalage horaire © Getty Images/iStockphoto

1 - Anticiper l'heure d'arrivée

Avant le départ: décaler son sommeil de 1 à 2 heures pendant les quatre jours précédents le jour de départ. Se coucher et se lever plus tôt si on va vers l'est (Asie) et se coucher et se lever plus tard si on va vers l'ouest (Amériques). A l'aéroport, régler sa montre à l'heure du lieu d'arrivée pour d'emblée se caler sur le rythme à venir.

Pendant le vol: lors d'un trajet vers l'est, qui raccourcit la journée, poser un masque sur ses yeux pour créer l'obscurité, s'aider de médecines douces et dormir. Sur un vol vers l'ouest, rester éveillé et faire une courte sieste après le déjeuner.

2 - Se nourrir selon la destination A ne pas consommer en vol: café, thé et alcool. Ces boissons perturbent l'horloge interne. En revanche, il faut s'hydrater sans modération pour éviter les contractures musculaires, les risques de phlébite, mais aussi inconfort et fatigue dus à la pressurisation.

Les aliments qui favorisent l'éveil: les protéines (oeufs, jambon, poulet, produits laitiers) parfaits pour être en forme dès le petit-déjeuner lors d'un voyage vers l'est ou pour retarder l'envie de dormir à l'arrivée d'un vol vers l'ouest.

Les aliments qui favorisent le sommeil: les glucides lents comme les pâtes ou le riz complet, les légumes verts et légumineuses, les fruits frais. Conseillés en premier dîner lors d'un vol de l'ouest vers l'est.

3 - À l'arrivée, bouger et prendre la lumière au bon moment

Vol vers l'ouest: lutter pour ne pas s'endormir à l'arrivée et donc s'exposer à la lumière, sans lunettes de soleil, sortir, bouger, éviter alcool et nicotine, sources de sommeil nauséeux et réveils nocturnes. Le lendemain matin, pas de tourisme soutenu ou de sport pour ne pas griller toute son énergie, porter ses lunettes de soleil. Bouger et s'exposer à la lumière l'après-midi.

Vol vers l'est: se forcer à s'endormir plus tôt et se réveiller plus tôt. Dès le matin, s'activer et s'exposer à la lumière extérieure (marche, bain de soleil). En fin d'après-midi, rester tranquille et chausser ses lunettes de soleil pour inciter l'organisme à ralentir.

4 - Pratiquer la sieste "flash" Pour se reposer sans pour autant contrarier l'adaptation au nouveau rythme, une sieste "flash" de 10 à 20 minutes offre un regain d'énergie d'une durée égale à 10 fois celle de la sieste.

En pratique: bâillements, coup de fatigue... profiter de l'un de ces signaux pour faire une sieste flash et programmer un réveil 10 à 20 minutes plus tard. S'étendre bras et jambes légèrement écartés, fermer les yeux, détendre les muscles et contrôler sa respiration pour abaisser sa fréquence cardiaque et induire le sommeil.

5 - S'aider des médecines douces Seul le médecin peut prescrire un somnifère léger. Quant aux traitements à base de mélatonine, hormone qui recale l'horloge interne et naturellement produite par l'organisme, un seul est autorisé sur ordonnance en France et fonctionne surtout quand on va vers l'est. Gare aux produits non contrôlés vendus aux Etats-Unis ou sur Internet. Si besoin, tabler sur les médecines douces et demander conseil à son pharmacien.

En phytothérapie, la valériane et la passiflore favorisent efficacement le sommeil et l'eau de Mélisse® des Carmes Boyer estompe les effets du décalage horaire.

En homéopathie, cocculus indicus 7 à 9CH, (3 granules au coucher) limite les perturbations dues au décalage horaire; coffea cruda 5CH favorise le sommeil (5 granules 2 fois/jour) et melatoninum 7CH (2 granules au coucher) aide à resynchroniser le rythme naturel.

Bon à savoir. Il est plus facile de s'adapter au décalage en allant vers l'ouest, et donc plus difficile en volant vers l'est, où journée et nuit sont plus courtes. Pour six heures de décalage, il faut en moyenne deux jours pour recaler un cycle sommeil-éveil. Beaucoup plus pour certains selon l'âge, l'état de fatigue et certaines pathologies bien sûr.

Auteur: Magali Quent (nt-f.com)

En savoir plus sur:

Nos partenaires