Les patients devront payer plus pour leurs antibiotiques à partir du 1er mai

30/03/17 à 10:15 - Mise à jour à 10:13

Source: Belga

Le montant du ticket modérateur que paient les patients pour des antibiotiques augmentera à partir du 1er mai. Avec cette mesure, la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open Vld), entend inciter les médecins à prescrire moins d'antibiotiques, mais aussi les patients à en demander moins rapidement.

Les patients devront payer plus pour leurs antibiotiques à partir du 1er mai

© Belga

Les règles de remboursement changeront également le 1er avril pour les sprays nasaux et les antiacides. Les sprays nasaux contenant des corticostéroïdes, qui jusqu'à présent n'étaient disponibles que sur prescription chez le médecin, le seront désormais en vente libre. L'objectif étant d'amener les citoyens à utiliser davantage les sprays nasaux sûrs au lieu des sprays vasoconstricteurs "dangereux pour la santé". Les patients chroniques disposant d'une prescription médicale pour leurs sprays bénéficieront toujours d'un remboursement mais moins élevé qu'avant.

En ce qui concerne les médicaments antiacides, dont la prise doit être limitée à des traitements de deux mois selon des études scientifiques, les emballages de 84, 98 ou 100 comprimés ne seront plus remboursés. Tous les autres conditionnements, de 60 comprimés ou moins, seront toujours remboursés. Des exceptions ont toutefois été prévues pour certains cas particuliers.

Lutter contre la surconsommation

La ministre De Block, l'Inami et les associations de pharmaciens organisent une campagne d'information reprenant ces mesures, afin d'informer au mieux les médecins, les pharmaciens et les patients."L'objectif est de lutter contre la surconsommation et d'améliorer l'accessibilité de médicaments sûrs. Les patients chroniques et les patients atteints d'affections particulières bénéficieront toujours d'un remboursement. Nous demanderons aussi aux médecins d'envisager, lors de la prescription, un autre traitement pour le patient si possible", a commenté Mme De Block.

En savoir plus sur:

Nos partenaires