Les images médicales ne sont pas des photos de vacances!

18/05/14 à 11:22 - Mise à jour à 11:22

Sans la radiographie, l'IRM ou la tomographie (CT-scans), le diagnostic et le suivi de nombreuses maladies serait quasiment impossible. Mais le recours fréquent aux techniques d'imagerie médicale a aussi son revers : la charge de radiations suite aux examens diagnostiques a fortement augmenté dans la population.

Pour cette raison, le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement organise depuis 2012 chaque année la campagne "Les images médicales ne sont pas des photos de vacances. Pas de rayons sans raisons". Cette campagne vise le grand public, mais aussi les médecins et les dentistes.

La campagne est centrée sur le site web www.pasderayonssansraisons.be, qui informe ses visiteurs sur l'imagerie médicale. Il traite à la fois de l'importance de l'imagerie médicale et des risques en cas d'usage superflu. Le site donne des conseils concrets aux patients, aux parents, aux médecins prescripteurs, aux radiologues, aux spécialistes en médecine nucléaire et aux dentistes. On y trouve des recommandations pour les médecins prescripteurs, afin de les aider à choisir la méthode d'imagerie la plus indiquée pour chaque patient.

Un courrier de présentation de la nouvelle campagne sera envoyé à tous les médecins et dentistes ainsi que des affiches pour leur salle d'attente et des dépliants à distribuer à leurs patients. Dans les prochaines semaines, 6 spots radio seront également diffusés sur les ondes francophones et flamandes afin de promouvoir la campagne.

Sur le terrain aussi, les choses évoluent. Depuis le 1er avril 2014, le droit de substitution est entré en vigueur pour les radiologues : ils peuvent remplacer un examen demandé par un examen plus approprié, selon les recommandations de bon usage (par exemple, un examen moins irradiant). Le parc IRM a également été élargi pour assurer une meilleure répartition et une meilleure accessibilité à tous les patients belges. C'est un pas important, étant donné que les examens IRM ne sont pas irradiants pour le patient. Cette extension progressive et contrôlée du nombre d'appareils se fait en concertation avec le BELMIP (Belgian Medical Imaging Platform).


www.pasderayonssansraisons.be
http://www.health.belgium.be/recommandations-imagerie-medicale

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos