Les écrans sont nocifs pour le sommeil

12/11/13 à 07:50 - Mise à jour à 07:50

Les études se multiplient et vont toutes dans le même sens : l'utilisation massive des écrans est nocive pour notre sommeil. Sont concernés tous les écrans qui dégagent une lumière bleue.

Si on veut comprendre le problème que représente l'omniprésence des écrans pour notre sommeil, il faut remonter au XIXe siècle, à l'invention de l'éclairage électrique qui a permis d'envisager de vraies activités de nuit. La lumière naturelle apportée par le soleil exerce un rôle fondamental dans la régularisation des rythmes circadiens de l'être humain, autrement dit les rythmes biologiques sur une période de 24 heures. En agissant sur la rétine, elle nous informe sur le " temps qu'il est ", permettant aux rythmes de notre corps de se synchroniser avec les rythmes de la vie qui nous entourent. Mais la découverte de l'électricité et la mise au point des systèmes d'éclairage par des lumières artificielles sont venues chambouler nos rythmes de coucher et de lever, auparavant réglés par l'alternance naturelle des jours et des nuits.

Les médecins tirent la sonnette d'alarme

Le problème s'est encore accentué avec l'arrivée des appareils électroniques et de leurs écrans, en particulier ceux qu'on trouve sur les ordinateurs, smartphones, tablettes, consoles de jeux et certains postes de télévision (LED et LCD). Les liseuses (eReaders), en revanche, se distinguent des autres par leur technologie appelée eInk et le fait qu'elles n'émettent, en général, pas de lumière. On a pu constater que le sommeil des personnes utilisant les écrans incriminés, en soirée, se modifiait avec un recul progressif des horaires d'endormissement et d'éveil. Au point qu'aujourd'hui les scientifiques sont de plus en plus nombreux à tirer la sonnette d'alarme.

" La lumière nocturne des écrans affecte nos rythmes circadiens et elle est bien plus puissante que n'importe quelle drogue, " affirme le Dr Charles Czeisler, qui s'intéresse tout particulièrement aux effets physiologiques des lumières artificielles qui frappent les rétines entre le crépuscule et l'aube. Cet expert américain du sommeil estime que ce nouveau " facteur lumière " joue un rôle plus important encore sur les troubles du sommeil que la caféine, le stress lié au travail ou une alimentation déséquilibrée.

La mélatonine

A l'échelon biologique et physiologique, l'exposition à la lumière est à l'origine d'un ensemble de processus complexes impliquant en permanence les différents tissus et cellules de l'oeil et de la rétine photosensible qui régulent les horloges circadiennes. La lumière artificielle de nuit a pour effet d'inhiber les neurones activateurs d'un sommeil de qualité et d'en stimuler d'autres connus pour jouer un rôle important dans l'éveil.

En outre, cette lumière ralentit ou même bloque la libération nocturne de mélatonine. Or, cette hormone est directement impliquée dans les processus du sommeil et c'est elle qui facilite l'endormissement. Selon une étude américaine, deux heures d'exposition à l'écran d'une tablette pourraient entraîner une réduction de 22 % des niveaux de mélatonine et par conséquent retarder la phase d'endormissement. De plus, la lumière bleue que ces écrans émettent est celle qui est la plus nuisible pour notre sommeil.

Quelles solutions ?

Pour endiguer ce phénomène, rien n'interdit de penser que des solutions techniques pourront être trouvées, notamment modifier les couleurs et les intensités des LED. Le Dr Czeiler suggère de remplacer la lumière bleue enrichie par une lumière blanche-rouge ou orange après le coucher du soleil.

Quelques conseils :

  • Le soir, diminuer l'intensité de la lumière dans les pièces et créer une ambiance plus tamisée.
  • Arrêter de travailler, de surfer sur internet, de jouer sur une console de jeux, d'envoyer des SMS, et donc ne plus être devant un écran, au moins une heure avant d'aller se coucher.
  • Débrancher son téléphone portable et éteindre sa tablette.
  • Ne pas installer de télévision et aucune autre technologie susceptible de maintenir l'éveil dans sa chambre.

Nos partenaires